Publicité

Trois Américains tués et 34 blessés lors d'une attaque de drone en Jordanie

Trois Américains tués et 34 blessés lors d'une attaque de drone en Jordanie

Trois membres des forces armées américaines ont été tués et "beaucoup" ont été blessés lors d'une attaque de drone en Jordanie, a déclaré dimanche le président américain Joe Biden. Il attribue l'attaque à des milices soutenues par l'Iran.

Il s'agit des premières victimes américaines depuis des mois de frappes contre les forces américaines au Moyen-Orient par des milices soutenues par l'Iran dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza.

Les autorités américaines s'efforcent encore d'identifier avec certitude le groupe responsable de l'attaque, mais elles estiment que l'un des groupes soutenus par l'Iran en était responsable.

Joe Biden déclare que les États-Unis "demanderont des comptes à tous les responsables en temps et en heure".

Il n'y a pas eu de réaction immédiate de la part de la Jordanie, royaume limitrophe de l'Irak, d'Israël, du territoire palestinien de Cisjordanie, de l'Arabie saoudite et de la Syrie.

Les troupes américaines utilisent depuis longtemps la Jordanie comme avant-poste, et l'attaque a eu lieu dans le nord-est de la Jordanie, près de la frontière syrienne. Le commandement central américain a déclaré que 34 membres des forces armées avaient été blessés dans l'attaque, en plus des trois personnes tuées.

Quelque 3 000 soldats américains sont généralement stationnés en Jordanie.

La télévision d'État jordanienne cite Muhannad Mubaidin, porte-parole du gouvernement, qui a insisté sur le fait que l'attaque s'était produite en dehors du royaume, de l'autre côté de la frontière syrienne. Il n'a pas été possible de concilier ces informations contradictoires dans l'immédiat.

Depuis le début de la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza, les troupes américaines présentes en Irak et en Syrie ont été la cible d'attaques de drones et de missiles contre leurs bases. Cette attaque est la première à viser les troupes américaines en Jordanie.

L'Iran nie toute implication

Le gouvernement iranien a pris ses distances avec l'attaque de drone meurtrière, estimant que les allégations américaines constituent une "accusation infondée" visant à "entraîner" Washington dans un conflit.

Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Naser Kanani, avance que "les groupes de résistance dans la région ne reçoivent pas d'ordres de l'Iran pour leurs décisions et leurs actions".

Il affirme également que "la répétition d'accusations sans fondement contre l'Iran est une conspiration de ceux qui ont intérêt à entraîner les États-Unis dans une nouvelle bataille dans la région".