Publicité

Le trimestre anti-inflation sera prolongé, annonce Bruno Le Maire

Une cliente dans un supermarché à Villefranceh-sur-Saône, le 28 avril 2023 (image d’illustration)
Une cliente dans un supermarché à Villefranceh-sur-Saône, le 28 avril 2023 (image d’illustration)

ÉCONOMIE - Continuer à soulager le porte-monnaie des Français. Tel est le mantra du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui a annoncé ce mercredi 3 mai sur Franceinfo la prolongation du trimestre anti-inflation au-delà du 15 juin, pour limiter l’effet de la hausse des prix sur un certain nombre de produits.

« Je veux redire à quel point c’est dur pour nos compatriotes. Notamment les plus modestes, notamment les familles nombreuses », a souligné Bruno Le Maire. C’est pourquoi « nous allons, avec Olivia Grégoire [ministre déléguée chargée des PME et du Commerce, NDLR], poursuivre notre action », a-t-il déclaré.

Comment ? Le ministre détaille son action en trois étapes. D’abord, « nous allons convoquer distributeurs et industriels dès la semaine prochaine pour accélérer les négociations commerciales (...) et que les grands industriels, je dis bien les grands industriels, répercutent à la baisse, sur les prix à la consommation, la baisse des prix de gros ».

« Deux, nous avons un trimestre anti-inflation. Il marche, ce trimestre anti-inflation : quand vous prenez les prix au début de l’opération, ils ont baissé de -5 à -7 %. (...) Cette opération s’arrête le 15 juin. Nous voulons, avec les distributeurs, prolonger l’opération pour qu’ils continuent de s’engager sur la baisse d’un certain nombre de prix », poursuit-il.

Le Maire veut protéger les producteurs agricoles

Avant d’être plus affirmatif : « J’en ai déjà parlé avec la plupart des distributeurs. Je salue leur attitude, qui est constructive, volontariste. Nous prolongerons l’opération [qui avait débuté le 15 mars] au-delà du 15 juin. »

Pour tenter d’éteindre l’incendie de l’inflation sur les prix alimentaires, le gouvernement avait annoncé début mars une opération commerciale baptisée « trimestre anti-inflation ». Cette opération consiste à laisser les enseignes de la grande distribution choisir librement une sélection de produits sur lesquels elles s’engagent à proposer « le prix le plus bas possible » en rognant sur leurs marges.

Troisième et dernière chose « importante » pour Bruno Le Maire : « Cette baisse des prix ne doit pas avoir d’impact sur nos producteurs agricoles. (...) Je ne veux pas que ce soit eux qui payent. C’est déjà très difficile pour eux, il faut trouver des solutions qui n’affectent pas nos producteurs. »

Le petit chariot bleu, blanc et rouge qui permet d’identifier les produits à prix réduits devrait donc encore être visible pendant quelque temps dans les supermarchés.

À voir également sur Le HuffPost :

Gérald Darmanin répond à Dominique Simonnot sur les gardes à vue « préventives »

Bruno Le Maire répond aux moqueries sur son roman et son passage érotique