TRIBUNE. Mathieu Gallet : "Pour un Airbus des industries créatives"

·1 min de lecture

La tribune : "Alors que l'Europe opère un tournant stratégique vers davantage de souveraineté, jamais les entreprises américaines de l'entertainment n'auront autant attiré ses talents. Jamais non plus le Vieux Continent n'aura autant été à la traîne en matière d'industries créatives, à l'heure où Netflix, Disney mais aussi Amazon mettent la main sur l'essentiel d'un marché en pleine croissance. Bref, les industries culturelles sont les grandes oubliées de ce sursaut européiste, à l'heure où leur poids économique et leur soft power grandissent de jour en jour.

L'Europe ne manque pourtant pas d'atouts : de l'édition au cinéma en passant par le podcast et les jeux vidéo, on y trouve de nombreux talents, une grande inventivité et une diversité culturelle rarement aussi concentrée ailleurs. Cette fragmentation des cultures, qui peut sembler un obstacle pour l'émergence d'acteurs d'envergure européenne, constitue une richesse dans un domaine où la prime va à la créativité.

"

Pour survivre, mais plus encore pour peser dans le jeu global du rayonnement culturel et du soft power, la création européenne doit se structurer à l'échelle du continent

"

Mais en dépit de ses forces, le rayonnement des industries culturelles européennes s'est considérablement terni. La grande époque d'un Vivendi Universal mené par Jean-Marie Messier, à l'aura internationale, ou d'un Jean-Luc Lagardère portant son groupe sur le podium mondial de la presse semble derrière nous. Alors que nous formons ici parmi l...


Lire la suite sur LeJDD