TRIBUNE. "L'antiféminisme à la tête du Parlement européen"

·1 min de lecture
© Reuters

Voici sa tribune : "Une anti-IVG à la tête du Parlement européen au moment où l'UE envisage d'élargir sa compétence aux violences fondées sur le genre pourrait être un bon canular, mais telle est la réalité. Le lendemain de l'anniversaire de la promulgation de la loi Veil, Roberta Metsola, députée maltaise totalement opposée à l'avortement, a été élue présidente du Parlement. Dès son élection, l'Eglise maltaise s'est d'ailleurs réjouie de travailler avec elle, espérant que ses travaux puissent "protéger les personnes vulnérables". Rappelons que l'Eglise maltaise inclut dans cette catégorie l'embryon dès sa conception, et organise régulièrement des manifestations "pro-vie".

Roberta Metsola s'était abstenue, en septembre 2021, de voter la résolution participant au processus d'élargissement de la compétence de l'Union à la violence fondée sur le genre. Etait également incluse une demande à la Commission d'élaborer une directive globale qui se baserait notamment sur les recommandations du Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, dont la numéro 24 invite à supprimer l'infraction pénale d'avortement et les peines associées (comme c'est toujours le cas à Malte). La résolution a heureusement été adoptée.

Trois mois plus tôt, Roberta Metsola avait déjà voté contre un rapport incitant les membres à garantir l'accès des femmes à l'avortement, qui soulignait la persistance de lois très restrictives dans certains Etats membres (comme la Pologne). Ses position...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles