TRIBUNE. Non à la mort de la social-démocratie

Quelque 200 signataires, parlementaires, universitaires et hauts fonctionnaires publient demain un manifeste pour la défense de la social-démocratie, malmenée par les résultats de l’élection présidentielle et les 1,74% d’Anne Hidalgo. Face au risque de disparition, le manifeste juge « que ce serait grandement dommageable pour la gauche, pour notre pays et pour l’Europe ». Parmi les signataires, l’ancien responsable du PS Jean-Christophe Cambadelis, les ex parlementaires, Laurent Dutheil et Michel Destot, l’historien Alain Bergounioux, l’ancien préfet Patrice Bergougnoux, Malika Yerdri, adjointe au maire de Cergy-Pontoise, Marie Richard, vice-présidente de la région Ile-de-France et Brigitte Coscas, réalisatrice.

Voici leur manifeste : Depuis la naissance du socialisme, les débats et, surtout, les réalisations qui ont marqué son histoire, ont contribué à faire naître un courant politique, la social-démocratie, qui, sous des noms divers, a largement façonné les sociétés les plus justes que l’humanité ait connues dans son histoire et connaissent actuellement. Ce courant doit affronter, aujourd’hui, de nouveaux défis dans des réalités mondiales différentes de celles du XXe siècle. Il a toujours eu du mal à s’affirmer et même à se dire, en France, dans une gauche divisée et travaillée par une culture radicale.

Les rapports de force établis par les élections de 2017 et, encore plus de 2022, peuvent laisser augurer de son affaiblissement durable, voire de sa disparition. Nous ne le...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles