Un tribunal biélorusse condamne une journaliste à six mois de prison

·1 min de lecture
UN TRIBUNAL BIÉLORUSSE CONDAMNE UNE JOURNALISTE À SIX MOIS DE PRISON

KIEV (Reuters) - La journaliste Katerina Borisevitch a été condamnée mardi à six mois de prison en Biélorussie pour divulgation de secrets médicaux après avoir contredit les déclarations officielles concernant la mort d'un manifestant au cours d'un affrontement avec la police.

Katerina Borisevitch avait rapporté qu'aucune trace d'alcool n'avait été décelée dans le corps de Roman Bondarenko lors de l'autopsie alors que le gouvernement biélorusse affirmait que le manifestant était ivre au moment de sa mort.

Artyom Sorokine, le médecin ayant transmis le rapport médical de Roman Bondarenko à la journaliste, a été condamné à une peine avec sursis.

Roman Bondarenko, un artiste de 31 ans, est mort à l'hôpital le 12 novembre après avoir été passé à tabac par les forces de sécurité, selon l'opposition.

Sa mort est venue alimenter des mois de contestation massive contre la réélection du président Alexandre Loukachenko, qui a lancé une violente répression contre les manifestants, ce qui lui a valu des sanctions de pays occidentaux mais le soutien de Moscou.

Les autorités ont affirmé que la diffusion d'informations sur Roman Bondarenko présentait une menace pour la sécurité publique.

(Matthias Williams, version française Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles