Publicité

Le traitement contre le Sida évite la transmission par une personne séropositive mais les Français l’ignorent

À l’approche de la journée mondiale de lutte contre le Sida, une étude alerte sur le manque d’information des Français au sujet du VIH.

Le dépistage est accessible dans tous les laboratoires d’analyses médicales gratuitement et sans ordonnance. 40 % de la population l’ignore.
Peter Dazeley / Getty Images Le dépistage est accessible dans tous les laboratoires d’analyses médicales gratuitement et sans ordonnance. 40 % de la population l’ignore.

SANTÉ - Si les Français se sentent majoritairement « bien informés » au sujet du VIH, il

s n’ont pas encore toutes les cartes en main. C’est ce que montre une étude intitulée Les Français et la lutte contre le VIH publiée ce lundi 27 novembre par le centre régional d’information et de prévention du Sida (CRIPS) d’Île-de-France.

Avant la journée mondiale de lutte contre le Sida (vendredi 1er décembre), ce sondage est l’occasion de remettre en lumière des informations indispensables à la lutte contre le VIH/Sida en trois points clefs.

Bien que 80 % des interrogés s’estiment bien informés sur le sujet du VIH et du Sida, les avancées en matière de dépistage et de prévention restent encore largement méconnues. En premier lieu, sur le plan du traitement : en effet, 53 % des Français ne savent pas qu’une personne séropositive qui suit son traitement correctement dans la durée ne peut pas transmettre le VIH à une autre personne. Il est pourtant établi que si la charge virale d’une personne séropositive devient indétectable grâce au traitement, le virus est intransmissible.

Pas besoin d’ordonnance pour un dépistage

Par ailleurs, 45 % des personnes interrogées ignorent l’existence de la PrEP, un traitement préventif destiné aux personnes séronégatives pour ne pas être contaminées par le VIH.

C’est un élément majeur de la lutte contre le VIH/Sida : le dépistage est accessible dans tous les laboratoires d’analyses médicales, se fait gratuitement, et ne nécessite pas d’ordonnance. Si la majorité des interrogés est au courant, plus d’un tiers de la population (environ 40 %) l’ignore encore.

En revanche, les campagnes d’informations sur la gratuité des préservatifs en pharmacie pour les moins de 26 ans semblent avoir bien fonctionné puisque 71 % des interrogés en ont conscience.

Entre la perception des Français sur leurs propres connaissances au sujet du VIH et la réalité, il y a donc un léger fossé, preuve que les informations manquent encore. Pour améliorer cela, l’enquête a demandé aux interrogés ce qu’il « faudrait faire en priorité pour améliorer le niveau d’information des Français sur le VIH/Sida ». En majorité (66 %), ils se sont prononcés pour une meilleure prévention en milieu scolaire. Une sensibilisation à laquelle les élèves devraient avoir le droit dans le cadre des séances d’éducation sexuelles prévues par le code de l’Éducation, mais qui, dans la pratique, manque encore à l’appel.

VIDÉO - Lutte contre le VIH : nouveau cas de rémission après une greffe de moelle osseuse

À voir également sur Le HuffPost :

  

Aux États-Unis, la Croix Rouge met fin aux restrictions de don du sang visant les hommes gays

Un homme atteint du VIH est en rémission après une greffe de moelle osseuse