Publicité

"Traités comme des moins que rien" : Éric Cantona et son frère zappés d'un gros événement sportif, ils passent à l'action !

Éric Cantona est l'un des précurseurs du beach soccer en France et il compte bien garder sa position un moment. Face à une situation qui se détériore avec la FFF, l'ancien footballeur et son frère Joël ont décidé d'attaquer la fédération française.

Dans sa vie, Éric Cantona aura vécu plusieurs carrières. La première et la plus glorieuse restera évidemment celle de footballeur professionnel. Le gamin de Marseille est devenu une véritable légende de son sport en allant jouer en Angleterre où il est toujours considéré comme un des meilleurs attaquants de l'histoire du championnat. Du côté de Manchester United, les supporters sont toujours aussi amoureux de leur idole et ils étaient d'ailleurs nombreux à venir l'admirer sur scène il y a quelques semaines, lui qui se lance dans la chanson. Une nouvelle carrière qui démarre mal puisque l'ancien footballeur s'est fait lyncher par la critique...

Après le football, Éric Cantona s'est lancé dans le beach soccer (ou football de plage en français), accompagné de son frère, Joël Cantona. Les deux hommes ont popularisé ce sport à la fin des années 1990, mais depuis quelques mois, il y a de l'eau dans le gaz entre les deux frères et la Fédération française de football (FFF). À tel point que l'affaire se retrouve depuis ce mardi 28 novembre devant le tribunal judiciaire de Paris. La société Joël Cantona organisation demande des indemnités à la fédération puisqu'elle s'estime "trahie" après l'attribution à une autre société de l'organisation des éditions 2023 à 2025 du FFF Tour, un évènement de promotion du beach soccer en France. "Après 16 ans de partenariat de 2006 à 2022, (la fédération) les a traités comme des moins que rien", indique Me Céline Bekerman, l'avocate...

Lire la suite


À lire aussi

Attaque au couteau à Annecy : Henri, le "héros au sac à dos", a fait une demande très spéciale à Emmanuel Macron
Sophie Marceau, son couple avec Cyril Lignac : "Rien à voir, rien à cacher"
Meurtre de James Bulger à 2 ans : son tueur, 10 ans à l'époque, prêt à sortir de prison ? "C'est un bombe à retardement"