Publicité

“Tragédie sur la côte calabraise” : au moins 40 migrants périssent dans un naufrage

“Tragédie sur la côte calabraise”, écrit La Stampa après le naufrage, ce dimanche 26 février, d’un bateau de migrants au large du village de Cutro, à une trentaine de kilomètres de Crotone. Une quarantaine de corps, “dont ceux de nombreux enfants”, ont été repêchés, précise La Repubblica. Selon le journal, un bateau en provenance de Turquie et transportant entre 180 et 250 migrants originaires d’Iran, du Pakistan et d’Afghanistan “n’a pas résisté à la mer agitée” et s’est fracassé contre des rochers.

Parmi les rescapés, précise le Corriere della Calabria, un passeur présumé a été arrêté. Une cinquantaine de personnes ont été, pour l’heure, secourues. “Des patrouilles s’affairent en mer à la recherche d’autres survivants”, précise La Repubblica.

“C’est quelque chose que vous ne voudriez jamais voir. La mer ne cesse de rejeter des corps. Parmi les victimes, il y a des femmes et des enfants”, a réagi Antonio Ceraso, maire de Cutro, cité par La Stampa.

“Par le passé, il y a eu des arrivées mais jamais de tragédie comme celle-ci.”

“Environ 18 000 migrants sont arrivés en Calabre en 2022”, a quant à lui rappelé le gouverneur de Calabre Roberto Occhiuto du parti Forza Italia dans un message repris par le journal libéral. “Les Calabrais - un peuple qui a connu le drame de l’émigration - ont accueilli ces migrants, sans faire de bruit ni provoquer de tensions, mais la situation est devenue ingérable.”

La Première ministre Giorgia Meloni - élue l’an dernier sur la promesse de tarir le flot de migrants vers l’Italie et qui a durci depuis peu les mesures contre les organisations humanitaires se portant au secours des migrants - a exprimé “sa profonde tristesse” après le naufrage sur la côte calabraise, rapporte La Stampa. Elle a dit en tenir responsables les passeurs. “C’est inhumain d’échanger la vie d’hommes, de femmes et d’enfants contre le prix du ‘billet’ qu’ils ont payé dans la perspective illusoire d’un voyage sûr.”

L’Italie, rappelle The Guardian, est la principale porte d’entrée pour les migrants cherchant à atteindre l’Europe par la mer. En 2022, plus de 100 000 personnes sont arrivées en Italie par bateau. “La route dite de la Méditerranée centrale est connue comme l’une des plus dangereuses au monde”, explique le journal britannique. Selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 20 333 personnes sont mortes ou ont disparu dans cette mer depuis 2014.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :