Publicité

Trafic de drogues: ce que l'on sait sur l'interpellation en Espagne d'un Français visé par un mandat d'arrêt européen

Il est considéré comme le "principal membre d'un clan" marseillais se livrant au trafic de drogues. Un homme d'une trentaine d'années a été interpellé ce dimanche 25 février dans un bar de Salou, au sud de Barcelone en Catalogne, a annoncé la police espagnole.

Cet individu, présenté par les autorités espagnoles comme "l'un des fugitifs les plus recherchés de France", était visé par un mandat d'arrêt européen depuis 2023, après avoir échappé à une opération de police en France.

• Qui est cet homme?

Cet homme, né en 1990 et appartenant à la communauté des gens du voyage, est identifié comme Jean-Anthony Blas. Selon les informations de BFMTV, c'est l'un des lieutenants du principal trafiquant de drogue de la cité de Campagne-Levêque, dans les quartiers Nord de Marseille.

Le trentenaire a déjà été condamné à dix ans de prison pour "des délits de trafic de drogue, de détention d'armes illégale, des atteintes à l'ordre et à la sécurité publique et appartenance à une bande criminelle organisée", a fait savoir la police espagnole dans un communiqué.

L'homme a notamment été condamné à quatre ans de prison après avoir "foncé sur des policiers" de la BAC en 2015 à Aix-en-Provence lors d'une interpellation. Il avait tenté de prendre la fuite après avoir "volé un camion-benne" avec son frère, a expliqué Rudy Manna, porte-parole du syndicat Alliance Police, sur BFMTV.

• Pourquoi cet individu était-il recherché?

Selon les informations de BFMTV, Jean-Anthony Blas est soupçonné d'être le gérant d'un point de deal de la cité de Campagne-Levêque dans le 14ème arrondissement à Marseille.

L'homme est visé par un mandat d'arrêt européen, après avoir pris la fuite, en mars 2023, lors d'une vaste opération de la Brigade de répression du banditisme (BRB) contre le trafic de drogue.

Lors de cette opération, menée dans la cité Campagne-Levêque à Marseille, mais également à Port-de-Bouc et Châteauneuf-les-Martigues, deux petites villes situées à l'ouest de Marseille dans les Bouches-du-Rhône, 14 personnes avaient été mises en examen. Des fusils d'assaut, du cannabis, des voitures de luxe et plus de 300.000 euros avaient été saisis. Mais Jean-Anthony Blas, lui, avait réussi à s'échapper en utilisant quatre identités différentes.

"Il avait réussi à prendre la poudre d'escampette, grâce à quatre identités, c'est quelqu'un d'extrêmement malin et il s'était réfugié à Salou, à la frontière espagnole", a détaillé Rudy Manna, précisant que le fugitif s'était "réfugié à Salou, à la frontière espagnole".

• Que sait-on de ce "clan"?

Ce clan marseillais, dont Jean-Anthony est présenté comme "un membre principal", "exportait régulièrement du cannabis en Espagne et avait un important arsenal d'armes de guerre", explique la police espagnole dans son communiqué.

Ce clan opère également dans la cité de Campagne-Levêque, située dans les quartiers nord de Marseille, "un haut lieu du trafic de stupéfiants", selon Rudy Manna. "C'est une cité très connue des policiers marseillais", les trafiquants de drogue "rentrent "des quantités astronomiques", poursuit le syndicaliste, expliquant que les points de vente rapportent "des centaines de milliers d'euros, voir des millions d'euros".

Article original publié sur BFMTV.com