Publicité

Trafic de drogue : un policier de Vitry-sur-Seine poursuivi pour avoir transmis des informations à des trafiquants de drogue

Le coup de filet des forces de l’ordre a permis de démanteler un réseau de trafiquants, quinze personnes se trouvent derrière les barreaux, parmi eux, une fratrie déjà bien connue des autorités.

Un réseau de trafiquants a été démantelé, quinze personnes se trouvent derrière les barreaux, dont une fratrie déjà bien connue des autorités. - Credit:MOURAD ALLILI/SIPA / SIPA / MOURAD ALLILI/SIPA

La traque acharnée menée par plusieurs brigades de gendarmerie a porté ses fruits. Après 96 heures de garde à vue, une équipe de trafiquants a été mise en examen pour leur rôle dans un vaste réseau de stupéfiants opérant depuis l'Espagne. Onze d'entre eux ont été écroués, tandis que quatre autres ont été placés sous contrôle judiciaire. Parmi les suspects, un policier de Vitry-sur-Seine est accusé d'avoir vendu des informations confidentielles à ces criminels, selon les informations exclusives obtenues parLe Figaro.

Le démantèlement de ce réseau s'est amorcé après une saisie impressionnante de 330 kilos de résine de cannabis dans un véhicule suspect en Espagne en février 2023. Les enquêtes, menées par la section de recherche (SR) de Paris en collaboration avec leurs homologues de Versailles et de la brigade de recherche d'Étampes, ont également impliqué le groupe interministériel de l'Essonne. Cette même équipe de trafiquants était dans le collimateur de plusieurs services d'enquête en Île-de-France. Il s'agit notamment d'une fratrie composée de trois frères, déjà condamnés à plusieurs reprises pour des infractions en lien avec les stupéfiants.

« Des centaines de passages au fichier police » enregistrés

Parmi les personnes placées en garde à vue se trouve un policier de Vitry-sur-Seine. Arrêté au sein même de son commissariat, il est soupçonné d'avoir vendu des informations confidentielles à un ami, alimentant ainsi un vaste réseau de trafiquants, dont les av [...] Lire la suite

VIDÉO - La «cocaïne rose» arrive en France