Publicité

Les traditions existent aussi chez les singes vervets

Loin de se limiter à l’utilisation d’outils ou d'être liées à la nourriture, les traditions entre animaux touchent également la sphère sociale, comme vient de le démontrer une équipe de chercheuses françaises.

Si l'existence de traditions sociales a été bien documentée chez les grands singes, chimpanzés, gorilles ou bonobos, ce n'est pas le cas pour d'autres primates comme les singes vervets.

De la taille d'un gros chat, ces animaux d'Afrique vivent en groupe de plusieurs dizaines d'individus. A l'issue de neuf années d'études consécutives et d'observations, trois chercheuses ont montré, dans la revue iScience, que les comportements de ces petits singes répondaient à des codes sociaux. "C'est la première fois qu'il est démontré que ces animaux adaptent leurs comportements sociaux en fonction du groupe dans lequel ils sont intégrés", indique Charlotte Canteloup (CNRS, université de Strasbourg).

"Deux mois sur le terrain pour être en mesure de reconnaître chaque singe"

Entre 2012 et 2020, trois groupes ont été suivis 6 jours sur 7, 8 heures durant. Près de 85.000 interactions sociales ont été analysées sur un total de 247 singes, l'une des principales difficultés de ce genre d'étude étant d'identifier chaque individu. "Deux mois sur le terrain sont indispensables pour être en mesure de reconnaître chaque singe, explique Charlotte Canteloup. Une fois passée cette étape d'apprentissage, nos assistants sont alors en mesure de comptabiliser les différents comportements de socialité de chacun des membres des groupes. Qui vont de l'épouillage ou "grooming", aux comportements liés aux jeux, ou simplement à du temps passé aux côtés d'un congénère."

Si les femelles demeurent toute leur vie au sein d'un groupe, les mâles, eux, quittent leur groupe natal au moment de leur maturité sexuelle afin d'éviter la consanguinité, et vont alors essayer d'intégrer un autre groupe. Il pourra leur arriver de migrer ainsi plusieurs fois au cours de leur vie, avec des durées de séjours variables, allant de quelques semaines à plusieurs années. "Ce que nous avons montré, poursuit Charlotte Canteloup, c'est que lorsqu'un singe débarque et essaye de s'intégrer dans sa nouvelle communauté, il adaptera s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi