Publicité

"Il a traîné Luc Besson dans la boue" : Pascal Praud justifie l'agression d'Edwy Plenel par Maïwenn

Pascal Praud s'attaque à Edwy Plenel - CNews
Pascal Praud s'attaque à Edwy Plenel - CNews

Le présentateur de "L'heure des pros" a dézingué ce matin sur CNews le patron de "Mediapart".

Ils ne partiront pas en vacances ensemble. Ce mercredi matin, dans "L'heure des pros" sur CNews, Pascal Praud est revenu sur la plainte déposée par Edwy Plenel pour "violences" contre Maïwenn, à l'occasion des 15 ans du site "Mediapart". Le présentateur a pris partie pour la réalisatrice et a justifié étrangement l'agression de la part de la comédienne.

"Elle vengeait son mari, c'est tout !"

"Maïwenn est la 'Queen' pour nous, en dehors de ce qu'elle a fait à monsieur Plenel ! Elle a un talent formidable ! Elle a une oeuvre ! Je pense à 'Polisse' et 'Le bal des actrices'. Des oeuvres formidables ! Visiblement, elle a eu une altercation avec Edwy Plenel. Je ne sais pas si elle lui a donné une gifle ou lui a craché dessus...", a commencé Pascal Praud. Et d'être complété par le journaliste politique Gauthier Le Bret : "Elle a fait mine de lui cracher dessus et lui a attrapé les cheveux. Elle l'a reconnu et a dit qu'elle ne le regrettait pas".

A LIRE : "Elle a fait un geste pour plaire à son monde" : Edwy Plenel riposte après l'interview de Maïwenn dans "Quotidien"

Gérard Leclerc, pensionnaire de CNews, est intervenu : "Ce qui est déplorable ! Ce n'est pas bien quand même... A faire dans un restaurant... On n'a pas à prendre les gens par les cheveux et faire mine de leur cracher dessus". Pascal Praud a alors pris la défense de Maïwenn : "Attendez ! Le soufflet au XVIIe siècle, ça existait. Le...

Lire la suite


À lire aussi

RMC : Charles Magnien visé par une enquête interne après des accusations de comportements "déplacés"
"Je n'ai pas été évincé" : Olivier Minne arrête la présentation de la deuxième partie de "Fort Boyard" sur France 2
Netflix dégaine une nouvelle série explosive avec une légende du cinéma d'action aujourd'hui