Publicité

La trêve à Gaza entre Israël et le Hamas prolongée de deux jours, annonce le Qatar

La trêve humanitaire actuellement en cours à Gaza va être prolongée de deux jours, ont annoncé le Hamas et le Qatar, qui sert de médiateur entre le groupe terroriste et Israël (photo prise aux environs de la ville de Gaza, le 24 novembre).
MAHMUD HAMS / AFP La trêve humanitaire actuellement en cours à Gaza va être prolongée de deux jours, ont annoncé le Hamas et le Qatar, qui sert de médiateur entre le groupe terroriste et Israël (photo prise aux environs de la ville de Gaza, le 24 novembre).

GUERRE AU PROCHE-ORIENT - Deux jours de répit supplémentaire pour les populations civiles. Le Qatar, qui sert de médiateur entre le Hamas et Israël, a annoncé ce lundi 27 novembre que la trêve humanitaire en cours à Gaza depuis quatre jours serait prolongée de 48 heures après la conclusion d’un nouvel accord entre les belligérants.

Guerre Israël-Hamas : qui sont les huit otages ou disparus français dont les familles espèrent la libération

« L’État du Qatar annonce que, dans le cadre de la médiation en cours, un accord a été conclu pour prolonger la trêve humanitaire de deux jours dans la bande de Gaza », a fait savoir sur X (anciennement Twitter) Majed Al-Ansari, le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères. L’accord précédent prévoyait une expiration de la trêve à 6 heures, heure de Paris, ce mardi matin.

Dans une déclaration précédente, ce même responsable de l’Émirat avait dit espérer que les négociations permettent aux organisations humanitaires de pouvoir continuer à livrer de l’aide internationale aux habitants de la bande de Gaza, et que l’accord garantisse la libération « d’un maximum d’otages et de prisonniers ».

Les Nations unies veulent un cessez-le-feu permanent

L’annonce qatarienne a rapidement été confirmée par le Hamas, qui explique dans un communiqué que la « trêve humanitaire temporaire » va être prolongée de deux jours, « sous les mêmes conditions que la précédente », après un accord avec des « frères au Qatar et en Égypte ». Le mouvement précise en outre travailler à « une nouvelle liste d’otages » à libérer, alors que les familles de captifs israéliens devant être libérés ce lundi ont été informées.

L’État d’Israël, en revanche, n’a pour l’heure pas confirmé l’extension de la trêve. Les États-Unis, qui œuvrent au soutien de l’Égypte et donc surtout du Qatar dans la médiation, ont en revanche corroboré la prolongation auprès de plusieurs médias anglophones, dont SkyNews et MSNBC.

Depuis vendredi, date d’entrée en vigueur de la trêve, le Hamas a libéré chaque jour 13 otages israéliens (uniquement des femmes et des enfants), ainsi que plusieurs ressortissants étrangers, notamment des Thaïlandais et des Américains. De son côté, Israël a libéré quotidiennement 39 prisonniers palestiniens, également des femmes et des jeunes de moins de 19 ans.

Après sept semaines de bombardements intenses sur la bande de Gaza, où ses postes de commandements et les infrastructures civiles sont pilonnées par l’armée israélienne, le Hamas obtient ainsi un répit temporaire supplémentaire. Reste tout de même à savoir si le groupe terroriste et les autorités d’Israël parviendront à s’accorder quand se posera la question de la libération de soldats de l’État hébreu capturés durant l’offensive du 7 octobre.

Dans la foulée de l’annonce de la prolongation de la trêve, l’Organisation des Nations unies a appelé les belligérants à aller encore plus loin. « Le dialogue qui a permis cet accord doit se poursuivre et permettre d’arriver à un cessez-le-feu permanent, au bénéfice des habitants de Gaza, d’Israël et de toute la région », a déclaré Stéphane Dujarric, le porte-parole du Secrétaire général Antonio Guterres. Et de le marteler : « La catastrophe humanitaire empire de jour en jour » à Gaza.

À voir également sur le HuffPost :

Trêve à Gaza : 13 otages israéliens et 4 étrangers libérés, annonce le Hamas

Après la trêve à Gaza, ce qui attend les otages après 50 jours aux mains du Hamas