Publicité

Trêve à Gaza: le cabinet de sécurité israélien se réunira ce dimanche pour déterminer sa position

Le cabinet de sécurité israélien se réunira ce dimanche 17 mars afin de déterminer la position de la délégation israélienne devant se rendre au Qatar pour négocier une trêve à Gaza.

Le Premier ministre israélien a convoqué "le cabinet de guerre et le cabinet de sécurité" ce dimanche 17 mars "pour décider du mandat de la délégation chargée des négociations avant son départ pour Doha", a indiqué son bureau dans un communiqué.

Cette réunion a pour objectif de déterminer la position de la délégation israélienne devant se rendre au Qatar pour négocier un échange d'otages contre des prisonniers palestiniens dans le cadre d'une trêve à Gaza.

Selon les médias israéliens, la réunion du cabinet de guerre est prévue à 18h (17h heure de Paris).

Vendredi, le bureau du Premier ministre israélien avait indiqué qu'une délégation partirait pour Doha après une réunion du cabinet de sécurité "destinée à discuter de la position d'Israël" mais sans préciser quand cette délégation s'envolerait pour le Qatar.

Selon des images diffusées par le bureau du Premier ministre, le cabinet de guerre et le cabinet de sécurité se sont déjà réunis vendredi. Mais aucune décision n'a été communiquée à l'issue de ces réunions.

Le Hamas a infléchi sa position

L'annonce de l'envoi prochain d'une délégation au Qatar intervient alors que le Hamas a accepté d'infléchir sa position.

Le mouvement islamiste palestinien, qui exigeait jusqu'ici un cessez-le-feu définitif à Gaza avant tout accord sur les otages, est prêt à une trêve de six semaines, a indiqué vendredi un de ses responsables.

Dans le cadre de cette trêve, 42 otages - femmes, enfants, personnes âgées et malades - pourraient être libérés en échange de 20 à 50 prisonniers palestiniens pour chaque otage, et au rythme d'un otage par jour.

Samedi soir, le ministre des Finances d'extrême droite Bezalel Smotrich, membre du cabinet de sécurité, a demandé, sur X, à Benjamin Netanyahu d'"ordonner à la délégation de rester en Israël" et de "renforcer la pression militaire jusqu'à ce que le Hamas soit anéanti", jugeant les demandes du mouvement islamiste "délirantes".

Environ 250 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza lors de l'attaque menée le 7 octobre par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes. Selon Israël, 130 otages du 7 octobre sont encore détenus à Gaza, dont 32 seraient morts.

L'opération militaire israélienne lancée en représailles à l'attaque du 7 octobre a fait jusqu'ici plus de 31.500 morts, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Article original publié sur BFMTV.com