Publicité

Cette très mauvaise habitude qui augmente le risque de maladie d'Alzheimer

Se curer le nez est une mauvaise habitude, on le sait. Mais une étude australienne vient confirmer ce que des scientifiques avaient déjà noté : ce geste, loin d'être anodin, permet aux bactéries présentes sur les mains de pénétrer dans le cerveau, ce qui augmente le risque de souffrir de la maladie d'Alzheimer. Selon les chercheurs de l'Université de Sydney, les agents pathogènes externes introduits dans la cavité nasale lorsque quelqu'un se cure le nez,peuvent se déplacer vers le cerveau, entraînant une inflammation. Celle-ci provoque alors une accumulation nocive de protéines bêta-amyloïdes, une des caractéristiques du cerveau des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Le microbiome nasal devient nocif

C'est lorsque le geste de se curer le nez est devenu une habitude que les scientifiques alertent. Peu à peu, cela transforme le microbiome nasal : il passe d'un environnement bénéfique à un environnement potentiellement nocif. "La neuroinflammation dans la maladie d'Alzheimer pourrait être partiellement causée par des agents pathogènes viraux, bactériens et fongiques pénétrant dans le cerveau par le nez et le système olfactif" insistent-ils. Si le mode de prévention le plus simple reste encore de stopper cette mauvais habitude de vous curer le nez, les chercheurs rappellent aussi l'importance de l'hygiène des mains. "On a vu l'importance du lavage fréquent des mains et de l'utilisation de désinfectants pendant l'épidémie de Covid, (...)

Lire la suite sur Top Santé

La variété de yaourt qu'un nutritionniste n'achète jamais
De l'eau et du gros sel : cette recette simple contre le mal de gorge est-elle efficace ?
Les meilleurs aliments pour booster son énergie au milieu de l'hiver
Le dîner n°1 pour améliorer la digestion selon des diététistes
Voici la méthode prometteuse pour améliorer l’humeur et le sommeil en même temps