Publicité

Toute la vérité sur les risques du vapotage

“Comme le dit la vieille blague, lorsque j’ai lu que le tabac était un danger, j’ai arrêté de lire. Si vous êtes un vapoteur, vous avez peut-être envie d’arrêter de lire maintenant”, écrit Graham Lawton dans un article qui accompagne la une de New Scientist.Ne le faites pas : vous devez savoir ce qui va suivre”, conseille le journaliste, ancien fumeur et aujourd’hui vapoteur.

L’hebdomadaire britannique s’intéresse cette semaine à une question brûlante : à quel point vapoter nuit-il à votre santé ?

Une cigarette électronique, ou vapoteuse, est composée d’un réservoir d’“e-liquide”, d’un élément chauffant qui transforme le liquide en vapeur et d’une pièce buccale qui sert à aspirer l’aérosol.

Premier danger potentiel : l’e-liquide, qui contient de la nicotine, des arômes et des solvants. Si ceux-ci, propylène glycol et glycérine principalement, bien qu’irritants pour les voies respiratoires, ne semblent pas poser de problème de santé inquiétant, il n’en va pas de même pour les arômes. “Les premières données suggèrent que les arômes peuvent être dangereux, et certains le sont plus que d’autres”, indique New Scientist.

C’est le cas des principaux arômes de beurre, le diacétyle et l’acétyle propionyle, ainsi que l’arôme de cannelle, le cinnamaldéhyde. Quant à la nicotine elle-même, c’est une molécule addictive qui accroît la fréquence et la force de contraction du cœur et augmente la pression artérielle. Mais rien n’indique qu’elle est directement en cause dans des problèmes cardiovasculaires.

Enfin, le système de chauffage constitue un point de vigilance particulier. Le magazine précise qu’il est préférable d’“éviter les éléments contenant des métaux lourds tels que le nickel, le chrome, le cuivre et le plomb, car ces métaux toxiques se retrouvent dans l’aérosol et ont été associés, par le passé, à un risque accru de cancer du poumon”. S’il est très difficile de trouver une vapoteuse sans élément métallique, New Scientist recommande alors de changer très régulièrement, une fois par semaine, l’élément chauffant.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :