Publicité

Toulouse: des soupçons de maltraitance sur des animaux au refuge ATPA-SPA, une enquête ouverte

Un refuge qui maltraite les animaux? Une enquête judiciaire a été ouverte pour des soupçons de maltraitance sur des animaux au sein du refuge ATPA-SPA de Toulouse, visant notamment le président de l'établissement.

Invité de BFMTV ce dimanche 10 mars, le président de la SPA Jacques Fombonne déplore des images "choquantes" et assure que l'établissement "n'a jamais appartenu à la SPA", rappelant qu'il y a 73 structures qui font officiellement partie du réseau.

"Des choses atroces"

Anciens membres du personnel et volontaires dénoncent depuis des années la situation de ce refuge où ils estiment que certains animaux ne reçoivent pas les soins nécessaires. Samedi, plusieurs d'entre eux ont manifesté devant l'établissement en scandant "Présidence, démission". Ils mettent en cause précisément les agissements du président de l'établissement, de sa vice-présidente et d'un des salariés.

"Depuis des années, ils laissent des animaux sans soins, malgré les demandes des bénévoles et des employés, pour certains", accuse une ancienne bénévole de l'établissement, Yavana Vargas, au micro de BFMTV.

"Il se passe des choses atroces", ajoute-t-elle, mentionnant une "médecine illégale". Un des employés, toujours en poste, réaliserait des actes vétérinaires auprès des animaux, sans aucune qualification.

Des euthanasies auraient également été réalisées sur des animaux pourtant en bonne santé. Une des anciennes employées assure qu'un chien a notamment été euthanasié au prétexte qu'il ne "servait plus à rien". "Il ne souffrait pas", assure à BFMTV Marie, qui préfère ne pas révéler son nom de famille.

La SPA envisage de déposer plainte

En plus de ces euthanasies non justifiées, les animaux seraient aussi victimes de maltraitances et vivraient dans des conditions sanitaires déplorables au sein du refuge toulousain. Des vidéos filmées à l'intérieur du refuge montrent des allées avec des détritus jonchant le sol.

Selon les syndicats, les conditions de travail étaient par ailleurs délétères. Les employés étaient notamment visés par des insultes ou des menaces. La direction nie de son côté toutes ces accusations.

Le président de la SPA assure ce dimanche se réserver "le droit de déposer plainte pour atteinte à l'image" contre ce refuge qui a emprunté le nom de son association. "Ça nous porte un préjudice qui est considérable", déplore-t-il, dénonçant notamment les euthanasies injustifiées.

Il se dit notamment prêt à accueillir les animaux pris en charge dans le refuge toulousain "si on nous le demande", dans les SPA des alentours. "On va les soigner, comme une association de protection des animaux se doit de soigner des animaux".

"Nous avons reçu l'an dernier (en 2023) 25.000 signalements de maltraitance" pour l'ensemble du territoire français, précise-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com