Publicité

Toulouse: une directrice d'école rappelée à la loi pour avoir hébergé une famille sans-abri

La directrice de l'école élémentaire Simone Veil évoque une décision "collective", décidée "avec l’équipe pédagogique et les parents d’élèves."

Une décision qui fait polémique. Vendredi 12 janvier, Blanche Enjalric, directrice de l’école élémentaire Simone Veil de Toulouse, a été convoquée par le rectorat après avoir hébergé un élève et sa famille dans la nuit du 27 au 28 novembre 2023, au sein même de l'établissement qu'elle dirige.

Auprès de France Bleu, le syndicat du primaire FSU-SNUIPP, qui l'a accompagné pour cet entretien, fait état d'un entretien d'une courte durée, qui s'est "bien passé", mais qui s'est toutefois soldé un rappel à la loi suite au rapport de l'huissier qui s'était rendu à l'école cette nuit-là. Selon ce même syndicat, cette convocation serait une première en France.

"Elle a tenu à rappeler pendant la convocation que cette action était collective, décidée avec l'équipe pédagogique et les parents d'élèves. Ils étaient d'ailleurs présents à la sortie du rectorat", rappelle Xavier Mouchard, co-secrétaire du syndicat, dans les colonnes d'Ouest France.

La municipalité condamne

Pour sa part, contacté par le média national, le maire de la ville Jean-Luc Moudenc s'insurge des méthodes utilisées par cette directrice. "Comment peut-on être fonctionnaire de l'État et violer la loi? À un moment il faut assumer les conséquences de ses contradictions", explique-t-il.

"Voilà pourquoi je désapprouve ces occupations d'écoles et je m'assure par des constats d'huissiers que les locaux sont en bon état le matin, quand les occupations cessent, pour que les activités pédagogiques puissent se dérouler correctement pour les petits Toulousains et les petites Toulousaines", martèle-t-il.

Comme l'indique encore Ouest-France, la famille hébergée ce jour-là, composée des parents et de trois enfants, a été prise en charge a bénéficie désormais d'un hébergement durable.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Un Ehpad de Toulouse visé par plusieurs plaintes pour des soupçons de maltraitance