Publicité

Toulouse : nos bons plans pour une escapade arty dans la ville Rose

De la cité gasconne de Claude Nougaro, on retrouve « l’eau verte du canal du Midi », « l’église Saint-Sernin »… mais, surtout, une joie de vivre. Toulouse est une ville où l’on se sent bien. Et si les briques des bâtiments lui donnent un petit air florentin, certaines rues sont des tableaux à ciel ouvert, mettant le street art à l’honneur. Il suffit de lever la tête !

Le graffiti court les rues

On file place Arnaud-Bernard pour admirer la fresque XXL réalisée par un collectif de graffeurs, la Truskool, qui, déjà en 1989, maniaient pinceau et bombe. Puis, on se dirige vers la rue Gramat (photo), qui, en 1980, fut le premier lieu d’expression libre… Aujourd’hui encore, elle accueille tags et collages, une manière de donner plus de couleurs à la Ville rose. Quant aux puristes, ils n’ont qu’à pousser la porte du jardin d’Embarthe : le plus ancien graff y est toujours visible. Et pour ceux qui pensent que c’est une affaire d’hommes, qu’ils se laissent surprendre par le travail de la célèbre Mademoiselle Kat. Une super graffeuse, dont la fresque Jungle Fever, au 5, rue Saint-Ursule, donne matière à réflexion.

À lire également

Sports d'Hiver : Nos bons plans vacances, dans le massif des vosges

Quand des géants arrivent en ville

Aussi surprenantes que sensationnelles, les machines imaginées par François Delarozière ont trouvé une maison à leurs dimensions. En effet, aux abords de l’ancienne piste d’aviation d’où s’envolèrent les pionniers de l’Aéropostale, la Halle de La Machine, dans le quartier Montaudran, porte bien son nom. Pour accueillir le visiteur : Astérion (photo), un minotaure de 47 tonnes, de 14 m de haut et de 4 m de large. Cette architecture de fer et de bois nécessite 17 machinistes pour prendre vie. Il crache de la fumée, se cabre, manipule des objets avec délicatesse et… marche ! Une araignée, tout aussi impressionnante, lui tient compagnie. À l’intérieur de la Halle, on découvre des tas d’objets loufoques, comme une machine à peindre, un orgue à tongs, une roue à guitare, une machine à caresser les plantes. Il y a tant à explorer dans l’univers féerique de François et de ses équipes (de 8 à 20 €) ! www.halledela...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi