Toulouse : accro à la cocaïne, elle gifle violemment sa fille qui avait faim

Ce sont des passants, témoins des cris émanant de l’appartement, qui ont donné l’alerte. (Getty Images)

Accro à la cocaïne, une mère de famille a violemment giflé sa fille de 13 ans qui lui avait demandé à manger. Elle a été placée en garde à vue à Toulouse.

Elle n’a pas contrôlé sa colère. À Toulouse, une mère de famille a été placée en garde à vue après s’en être violemment pris à sa fille. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’adolescente de 13 ans aurait réclamé à sa mère à manger. Cette dernière, qui était accompagnée d’un ami, l’a alors envoyée chercher de la nourriture avant de piquer une colère noire à son retour. Comme le révèle La Dépêche, elle n’aurait pas du tout apprécié que sa fille ne ramène pas de vivres pour les autres. Accro à la cocaïne, elle lui aurait alors donné de très violentes gifles.

Ce sont des passants, témoins des cris émanant de l’appartement, qui ont donné l’alerte. Dépêchés sur place, les policiers ont interpellé la mère de famille et l’ont placée en garde à vue où elle a reconnu les violences. La jeune fille de 13 ans, qui a bénéficié d’un jour d’interruption totale de travail à la suite de cette agression, a été confiée à une structure adaptée tout comme son frère de 8 ans. Leur mère doit être jugée très rapidement par le tribunal correctionnel.

Un jour d’interruption totale de travail

La protection de l’enfance en France, définie par l’article L. 112-3 du Code de l’action sociale et des familles (CASF), "vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social et à préserver sa santé, sa sécurité, sa moralité et son éducation, dans le respect de ses droits". Le 119 est un numéro spécialement dédié à cette cause. L’appel est gratuit.

Pour rappel, les services de police et de gendarmerie ont enregistré 64 300 victimes de violences intrafamiliales non conjugales en 2021, dont 47 900 au titre de violences physiques.

VIDÉO - "Il m'a tiré deux fois dessus, puis il est parti et a mis fin à ses jours" : le cauchemar d’Isabelle Bauer, rescapée d’un féminicide