Top départ. Vaccination “sûre et halal” du président indonésien

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

La première vaccination Covid-19 en Indonésie s’est opérée au palais présidentiel, à Jakarta, mercredi 13 janvier, sur la personne du président Joko Widodo, dit “Jokowi”, dans une mise en scène diffusée en direct afin de rassurer la population sur le caractère sûr et halal du vaccin chinois CoronaVac.

Je n’ai rien senti”, s’est esclaffé le président Joko Widodo devant les caméras, quelques secondes après avoir reçu la première injection du vaccin CoronaVac, fabriqué en Chine par la société Sinovac Biotech, ce mercredi 13 janvier 2021. Les images de la séance de vaccination le montrent en baskets et en bras de chemise, assis sous la véranda du palais présidentiel à Jakarta, avec dans son dos un immense écriteau : “Vaccin sûr et halal.” Le CoronaVac a en effet reçu un permis d’urgence d’utilisation de l’Agence de surveillance des médicaments et des aliments, ainsi qu’une certification halal du Conseil des oulémas indonésiens.

Joko Widodo lance ainsi la vaste campagne de vaccination nationale, gratuite, qui sera effectuée sur 181,5 millions de personnes, soit 70 % des 270 millions d’Indonésiens, cela afin de parvenir à l’immunité collective.

“Ce vaccin est un outil qui peut être utilisé pour nous protéger, mais plus important encore pour protéger nos familles, nos voisins, le peuple indonésien et toute la civilisation humaine à travers le monde”, a déclaré Budi Gunadi Sadikin, le ministre de la Santé, vacciné juste après le président, aux côtés du haut commandant de l’armée et du chef de la police nationale. Le quotidien Kompas précise : À cette vaccination inaugurale ont également participé le président général de l’Association indonésienne des médecins, le secrétaire général du Conseil indonésien des oulémas, et le conseil exécutif du Nahdlatul Ulama [la plus grande organisation musulmane d’Indonésie, forte de quelque 80 millions de membres].”

Une vidéo montre Joko Widodo se soumettre

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :