Publicité

Tom Odell en interview : "Chez Columbia, je ne me sentais pas très respecté"

Rory Langdon-Down
Rory Langdon-Down

Crédits photo : Rory Langdon-DownPropos recueillis par Théau Berthelot.
Comment considères-tu ta musique ? Dans le communiqué, tu dis cette phrase : "La scène alternative trouve que je fais de la pop, et les gens de la pop pensent que je suis un artiste alternatif". Le fait de ne pas savoir où te ranger dans une case, c'est positif ou négatif à tes yeux ?
Probablement un peu des deux. Je pense que ce qui m'a toujours motivé, c'est que je n'ai jamais vraiment appartenu à un "camp", un genre. Mais ce sentiment semble être commun à de nombreux artistes. Peut-être qu'on ressent tous la même chose... Avec toute cette histoire de "genre", l'une des bonnes choses que le streaming a apporté à la musique, et il y en a, c'est qu'il a fait du genre musical quelque chose de superflu. C'est quelque chose de positif car sinon c'est un peu réducteur de définir chaque artiste dans un sous-genre. C'est bien plus libre aujourd'hui ! Et même si les gens apprécient toujours certains genres, on peut voir une artiste comme Billie Eilish, qui est une des plus grosses popstars dans le monde aujourd'hui, alors qu'elle fait des chansons avec des sujets assez durs. C'est une belle chose, ça me redonne foi en ce monde.
Le fait de ne plus être signé chez Columbia, une grande maison de disques, mais en indépendant, ça t'a apporté plus de liberté ?
Je pense que c'est le cas, et je suis toujours réticent à dire ça. Parce que j'ai l'impression de dire, à travers ça, que mes précédents albums n'étaient pas de mon fait. Aujourd'hui, j'ai mon propre studio, on a notre propre label avec une équipe composée de très peu de personnes en qui j'ai totalement confiance. C'est vraiment agréable car je travaille toujours avec les mêmes personnes. Je pense que ça enlève beaucoup de pression ou de choses...

Cliquez ici pour voir la suite


A lire aussi :

Tom Odell de retour avec "Black Friday"
Tom Odell fait appel à Alice Merton : regardez !
Tom Odell touche avec "Jubilee Road"