Publicité

TikTok : pourquoi les États-Unis veulent-ils interdire le réseau social chinois ?

Alors qu'un projet de loi a été adopté ce mercredi, retour sur les justifications de la croisade des autorités américaines contre le réseau social chinois.

TikTok bientôt interdit aux Etats-Unis ? (Photo : Nikolas Kokovlis/NurPhoto via Getty Images)

L'interdiction de TikTok sur le territoire américain se précise. Ce mercredi 13 mars, la Chambre des représentants des États-Unis a validé un projet de loi en forme d'ultimatum adressé aux dirigeants du réseau social. Le texte prévoit ainsi, à partir de sa mise en application, un délai de 180 jours pour que la maison mère de TikTok, le géant chinois ByteDance, vende ses parts de l'application.

Si cette condition n'est pas remplie, le gouvernement fédéral américain menace d'exclure purement et simplement TikTok des boutiques d'application Apple et Google sur le territoire national. Alors que le texte doit désormais être soumis au Sénat, le gouvernement chinois a qualifié de "grave erreur" la décision des députés de ratifier ce projet de loi.

Un objectif politique

Dans les mois à venir, l'interdiction de TikTok aux États-Unis pourrait donc devenir une réalité très concrète. Mais quel est la raison de cette mesure et quel est son objectif ? D'après le député démocrate Hakeem Jeffries, cité par Ouest France, le projet de loi "vise à solutionner des questions légitimes de sécurité nationale et de protection des données liées aux rapports (entre TikTok et le) Parti communiste chinois".

Deux éléments principaux, en rapport l'un avec l'autre, semblent ainsi motiver la procédure législative : d'une part la question de la collecte des données des utilisateurs américains par TikTok et d'autre part, les risques d'espionnage par le biais du réseau social, pour le compte du gouvernement chinois.

Des données exposées ?

Concernant la protection des données, Le Monde note que l'application préférée des adolescents demande à ses utilisateurs pas moins de 76 permissions, "dont certaines permettent, en théorie, à TikTok d’espionner l’ensemble des touches tapées par l’utilisateur". La maison mère ByteDance affirme toutefois que cette fonctionnalité n'est jamais utilisée.

Plus généralement, TikTok emploie, d'après Le Monde, "de nombreuses techniques qui limitent légitimement les risques d’espionnage industriel, mais qui, de facto, permettent également de dissimuler l’étendue exacte de la collecte de données". Dans ce domaine, les problèmes posés par l'application chinoise ne sont cependant pas très différents de ceux posés par d'autres réseaux sociaux (Facebook, Snapchat, Instagram, X). À cette différence près que ces derniers sont détenus par des entreprises américaines...

TikTok forcé par la loi chinoise de collaborer avec les services de renseignement

Concernant les risques d'espionnage, les États-Unis tentent de procéder avec TikTok comme ils l'avaient fait avec le constructeur de smartphones Huawei, mis au ban du marché américain depuis plusieurs années. Comme Huawei, TikTok est en effet, via ByteDance, soumise à une loi de 2017 obligeant les entreprises chinoises à "collaborer avec les services de renseignement du pays lorsque ceux-ci les sollicitent", selon Le Monde.

Comme l'explique le quotidien vespéral, cette loi est également valable pour les "entreprises chinoises opérant hors du territoire national". En théorie, l'état chinois a donc tout loisir de récupérer et d'utiliser à son compte les données collectées par TikTok aux États-Unis et TikTok ne peut légalement pas lui refuser cet accès.

Si la diplomatie chinoise a rappelé ce mercredi que "les États-Unis n’ont jamais trouvé de preuves que TikTok menace leur sécurité nationale", cette situation est donc jugée largement intolérable pour une bonne partie de la classe politique américaine. Elle est ainsi la principale raison qui explique le projet de loi en cours d'examen.