Publicité

Thomas Sotto réagi au livre de Marie Portolano : "On en a marre d’être pollués par des comportement de porcs"

Après son documentaire choc « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste », (en 2021, et diffusé sur Canal+), qui dénonçait le sexisme dans le monde du journalisme sportif, Marie Portolano, vient de publier dernièrement « Je suis la femme du plateau », un livre dans lequel elle dévoile sa propre expérience « il y a trois ans, je portais les voix de dix-huit femmes qui racontaient les humiliations et injustices subies dans leurs rédactions. Là, je parle de moi, à 90 %, et c’est la première fois que je me dévoile. Ça n’est pas un exercice dans lequel je suis à l’aise ! » avait-elle confié au magazine Elle.

À lire également

"Je n’en avais parlé à personne" : Marie Portolano confie avoir été victime d’une agression à l’âge de 17 ans

C’est dans les colonnes de Télé Câble Sat, que Marie Portolano et Thomas Sotto, son binôme dans Télématin, sont également revenus sur cet ouvrage. « Je l'ai lu. J'ai enfin réussi à définir mon féminisme, je suis marieportolaniste » affirme l’animateur de France 2. « Marie nous montre des situations concrètes sans faire une chasse à l'homme. Je suis encore stupéfait de voir ce que certains de mes congénères peuvent faire. Nous, les mecs normaux, on en a marre d'être pollués par ces comportements de porcs et, à un moment, il faut que ça s'arrête » a-t-il insisté.

À lire également

Marie Portolano dévoile le geste choquant d’un collègue pendant sa grossesse : "Il a tiré mon pul pour voir si mes seins avaient grossi"

Et Marie Portolano de répondre « Ce qui est hyperintéressant, c'est que tu ne te rendais pas compte de cette atmosphère sexiste. Mais c'est normal ! Les hommes ne vivent pas ça. Forcément, quand on ne se trouve pas face à quelqu'un qui plaque une fille contre le mur devant tout le monde, on ne peut pas s'en rendre compte. Le livre est fait pour ça, pour montrer les difficultés de s'imposer quand on est une femme » ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi