Thibault : "Ne pas fermer la porte" au gaz de schiste

Le Nouvel Observateur avec AFP
16 09 12 Bernard Thibault

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, estime qu'il ne faut "pas fermer la porte" aux recherches sur le gaz de schiste et met en garde le gouvernement contre des choix liés à des "coalitions" entre les partis de la majorité, en allusion aux écologistes, dans une interview au "Journal de Dimanche".

"Nous ne devons pas fermer la porte aux recherches dans le domaine de l'énergie, y compris pour les gaz de schiste. Investissons au moins pour explorer. S'il s'avère, à partir de recherches incontestables, pour des raisons environnementales ou de sécurité, qu'il n'est pas souhaitable d'extraire ces gaz, cela ne me pose pas de problème", affirme le numéro un de la CGT.

"Une problématique politique"

Mais, selon lui, "renoncer à l'exploration est un peu inquiétant. Nous allons finir, alors que notre pays a de véritables atouts énergétiques, par être de plus en plus dépendants dans ce domaine".

"Chacun a conscience qu'on est là dans une problématique politique qui met en jeu les relations entre partis formant la majorité présidentielle", estime Bernard Thibault, en allusion à EELV.

"Il ne faudrait donc pas que la solution apportée à certains problèmes soit seulement le résultat de coalitions plus politiques qu'efficaces pour l'avenir du pays", dit-il.

"Une annonce précipité"

"Tous les éléments d'appréciation doivent être mis sur la table et présentés aux Français avant de faire des choix uniquement idéologiques", prévient-il.

Bernard Thibault redit aussi son "regret" d'une "annonce précipitée" de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim fin 2016.

"Cette fermeture ne sera acceptable que si elle est socialement gérable". Selon lui, "on parle (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Thibault : "Ne pas fermer la porte" au gaz de schiste
Conférence environnementale : un "discours historique", pour Duflot
Gaz de schiste, nucléaire... Hollande multiplie les annonces