Publicité

The Floor (France 2) : "Je n'ai jamais imaginé une seconde arriver au bout", Angélique remporte les 100 000 euros !

Pourquoi avoir choisi de participer à The Floor ?

Angélique : On n'a pas vraiment choisi. On a été contacté parce qu'on est tous une bonne partie d'anciens candidats. Quand une émission n'existe pas encore, il faut bien qu'il aille chercher les candidats quelque part (rires). Il n'y a pas de casting affiché à la télévision pour les sélections. Et donc, un casteur, que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer dans d'autres émissions, m'a contactée sur Messenger. Il m'a dit : 'Tiens, voilà, il y a une nouvelle émission qui va être diffusée sur France 2. Il y a des castings à Paris'. Je me disais, moi, Alsacienne, ça va être compliqué. Il me dit finalement la date du casting et là, miracle ! Franchement, le coup de bol de ma vie, quand même ! On allait à Paris de toute façon avec mon conjoint pour voir ses enfants donc ça tombait bien. Du coup, j'ai dit oui avec grand plaisir et peu de temps après j'ai appris que j'avais été sélectionnée.

À lire également

"J’ai un emploi du temps militaire" : 100% Logique, Slam, The Floor... Cyril Féraud évoque son quotidien intense d'animateur télé

Aviez-vous déjà participé à un autre jeu de télévision ?

J'ai fait Tout le monde veut prendre sa place, Les douze coups de midi, j'ai fait La cible, à l'époque, Attention à la marche, d'autres dont on ne sait même plus le nom (rires). Il y a eu aussi C'est mon choix et Affaire conclue, deux fois.

Toutes ces émissions, ça vous a permis de mieux gérer votre stress, non ?

Effectivement, le fait de connaître un petit peu, d'avoir déjà un peu vécu les choses, ça aide aussi et ça enlève un tout petit de stress. Cela dit, lors de mon dernier duel ce soir, j'étais dans un état émotionnel que vous ne pouvez même pas imaginer. J'étais au bout de ma vie et je me suis rappelé que mon prof de piano me disait toujours que quand on est stressé avant de passer devant un petit public, il faut respirer fort, inspirer, respirer, puis ainsi de suite. Et c'est ce que j'ai fait jusqu'au moment de démarrer ce duel pour essayer de me calmer, de redescendre… C'était terrible parce qu'il y avait quand même 100 000 ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi