"TF1 surfe sur le macabre", "glaçant de réalisme" : Une affaire française, centrée sur la disparition du petit Grégory, heurte les internautes

·6 min de lecture
Les deux premiers épisodes d'Une affaire française ont été diffusés sur TF1, ce lundi 20 septembre. Cette mini-série centrée sur l'affaire Grégory a provoqué une vague de tristesse sur la Toile, mais également de la colère...

Les deux premiers épisodes d'Une affaire française ont été diffusés sur TF1, ce lundi 20 septembre. Cette mini-série centrée sur l'affaire du petit Grégory a provoqué une vague de tristesse sur la Toile, mais également de la colère de la part de quelques internautes... 

Ce lundi 20 septembre, la nouvelle série de TF1 était au coeur des esprits... mais également des polémiques. La première chaîne a diffusé en prime time la série d'anthologie "Une affaire française". Cette toute première saison, composée de six épisodes de 52 minutes, est centrée sur la disparition du petit Grégory. Un fait divers qui a défrayé la chronique, il y a plus de 30 ans. Le 16 octobre 1984 restera à jamais gravé dans les mémoires des Français. Cette terrible date marque la disparition de Grégory Villemin, un petit garçon âgé de 4 ans, alors qu'il se trouvait à son domicile. 

Un fait divers qui a bouleversé les Français

Quelques heures plus tard, l'effroyable se passe. Le corps du jeune enfant est retrouvé noyé dans la Vologne, une rivière des Vosges. Pire encore, ses pieds et ses mains étaient liés par des cordelettes alors que son visage était recouvert d'un bonnet en laine. Des images chocs qui ont littéralement bouleversé tous les Français. 37 ans plus tard, le meurtrier n'a jamais été démasqué, mais cette affaire non élucidée continue de déchaîner les passions.

À tel point qu'une mini-série avait vu le jour en 2006 et avait choqué l'opinion publique. En 2019, c'était au tour de Netflix de réaliser un documentaire sur cette affaire, sobrement intitulée "Grégory". Très rapidement, la plateforme de streaming a rencontré un véritable succès et l'histoire continue d'alimenter les esprits. À présent, TF1 a fait le choix de remettre en lumière ce fait divers et de le traiter à travers un angle nouveau, celui d'une fiction davantage centrée sur l'amour des parents du petit Grégory. 

Un casting talentueux

Réalisée par Jérémie Guez et Alexandre Smia, cette mini-série réunit un casting talentueux. Dans les rôles de Christine et Jean-Marie Villemin, on retrouve respectivement Blandine Bellavoir ainsi que Guillaume Gouix. Guillaume de Tonquédec, Michaël Youn ou bien encore Gérard Jugnot figurent également au générique. Des abonnés de Twitter ont d'ailleurs salué la prestation de Blandine Bellavoir.

Une émotion intense

Tout au long de la soirée, les internautes se sont replongés au coeur de l'enquête et ont revécu, comme si c'était hier, cette histoire qui continue à faire froid dans le dos. Mais dès les premières secondes de cette fiction, l'émotion les a submergés et un grand nombre d'entre eux n'a pas pu retenir ses larmes devant ce premier épisode d'"Une affaire française". 

"Glaçant de réalisme"

Une séquence a d'ailleurs glacé le sang de tous les téléspectateurs. La reconstruction de la scène, où les forces de l'ordre ont retrouvé le corps de la petite victime, pieds et poings liés dans la rivière, a littéralement replongé les internautes dans l'horreur. À cette époque, la photo du petit Grégory avait circulé dans les médias et cela avait choqué tous les Français. Cette image reste gravée dans les esprits et revoir cette scène sur le petit écran a provoqué une vague de terreur sur la Toile.

"Indécence"

Bien qu'elle ait bouleversé les téléspectateurs, cette mini-série de TF1 a également provoqué de vives polémiques, et une raison particulière a scandalisé la Twittosphère. Les parents de la victime n'ont pas donné leur accord à TF1 pour réaliser cette fiction. Pire encore, ils n'ont même pas été informés d'une telle production basée sur leur histoire et la mort de leur fils. Rien que de savoir cela, des internautes ont fait part de leur colère sur le réseau social et ont crié au "boycott" par respect pour Jean-Marie et Christine Villemin.

Néanmoins, à l'unanimité, les internautes ont eu une pensée pour ce père et cette mère qui continuent de vivre dans ce cauchemar, et qui ne sont pas parvenus à faire le deuil de leur fils puisque le (ou les) meurtrier(s) cour(en)t toujours, 37 ans après le meurtre.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles