Publicité

Tesla se rebiffe suite aux importantes grèves en Suède

Nous vous en parlions sur Auto Plus la semaine dernière, le mouvement de grève autour de Tesla s'est largement intensifié en Suède.

Bien qu'ils soient syndiqués, les employés de la marque dans le pays ne bénéficient pas des conventions collectives sectorielles, car leur entreprise n'a pas signé la convention. Le spécialiste américain de la voiture électrique a toujours rejeté les appels à la syndicalisation parmi ses 127 000 employés dans le monde, mais les travailleurs suédois comptent bien être les premiers à faire rompre Tesla.

Une grève qui a pris de l'ampleur

Le mouvement de grève, lancé fin octobre par le syndicat de la métallurgie IF Metall, s'est élargi depuis à d'autres secteurs. Le secteur postal s'est joint au mouvement le 20 novembre, des employés cessant de livrer les bureaux et ateliers de réparation de Tesla.

Les plaques d'immatriculation étant uniquement livrées par courrier, le mouvement pourrait empêcher les nouvelles Tesla de circuler, ce que le patron de la marque, Elon Musk, a qualifié "d'insensé" vendredi. Dans sa requête au tribunal du district de Norrköping, Tesla demande au tribunal d'imposer que l'Agence suédoise des transports s'assure que les plaques d'immatriculations "rentrent en possession de Tesla".

Elle demande également une amende d'un million de couronnes (environ 87 000 euros) si l'agence publique devait échouer à faire respecter une éventuelle décision du tribunal. L'Agence suédoise des transports avait indiqué la semaine dernière que l'envoi des plaques était confié au groupe postal Postnord, en vertu d'un contrat s'appliquant à toutes les agences gouvernementales.

Dans une autre requête, Tesla demande au tribunal de Solna, en banlieue de Stockholm, d'imposer à Postnord, propriété des Etats suédois et...Lire la suite sur Autoplus