Publicité

Tesla : perdre le contrôle du champion de l’électrique, la nouvelle peur d’Elon Musk

Elon Musk veut bien partager le pouvoir, mais pas trop. Une fois de plus, ce mardi 16 janvier, le patron de Tesla a agité les milieux financiers par quelques gazouillis sur X (ex-Twitter). Le milliardaire y a confié sa nouvelle peur : perdre le contrôle du groupe américain, premier constructeur mondial de voitures électriques en 2023 et premier constructeur tout court en termes de capitalisation boursière. Pour garder la main sur l’entreprise, Elon Musk aimerait détenir 25 % des droits de vote, contre environ 13 % aujourd’hui.

« Si j'ai 25 % (des droits de vote, N.D.L.R.), cela signifie que je suis influent, mais que je peux être écarté si deux fois plus d'actionnaires (50 %, N.D.L.R.) votent contre moi », a argumenté Elon Musk. À l’inverse, avec « 15 % ou moins » de droits de vote, le dirigeant estime qu’une « prise de contrôle (de Tesla) au profit d’intérêts douteux » deviendrait « trop aisée ». Le dirigeant a lui-même contribué à cette situation : en 2022, il avait vendu des actions Tesla pour des dizaines de milliards de dollars afin de financer l’ultra-coûteux rachat de Twitter.

>> Ne ratez rien de l’actualité de l’automobile en vous abonnant à notre newsletter auto

Sans doute Elon Musk fait-il allusion à l’appétit des fonds d’investissement et à d’éventuels rivaux en interne… Le dirigeant garde en effet un souvenir amer de ses premières aventures entrepreneuriales. En 1999 et 2000, il avait été déchu de Zip2 et X.com (devenu par la suite PayPal) à cause de dissensions au (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les deux-roues patinent dans l’électrique
Voitures électriques : la start-up parisienne Electra annonce une levée de fonds record
John Cockerill en négociations exclusives avec Volvo pour racheter le fabricant français de blindés Arquus
Tesla : l’usine allemande du constructeur à l’arrêt en raison des tensions en mer Rouge
Togg : attendez-vous à voir le «Tesla turc» débarquer bientôt en France