Publicité

Terrorisme : la menace djihadiste en augmentation en France, selon la DGSI

L'attentat de Moscou, survenu dans la soirée du vendredi 22 mars, a fait au moins 133 victimes.   - Credit:Alexandr Suhov/SPUTNIK/SIPA / SIPA / Alexandr Suhov/SPUTNIK/SIPA
L'attentat de Moscou, survenu dans la soirée du vendredi 22 mars, a fait au moins 133 victimes. - Credit:Alexandr Suhov/SPUTNIK/SIPA / SIPA / Alexandr Suhov/SPUTNIK/SIPA

L'horreur de l'attentat de Moscou, survenu dans la nuit du vendredi 22 mars, dont le lourd bilan fait actuellement état d'au moins 133 victimes, ravive les craintes d'une menace planant sur les États européens. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis la prise d'otages dans un théâtre de Moscou en 2002, où les forces de police avaient lancé un assaut au gaz militaire.

Céline Berthon, la directrice générale de la DGSI, rappelait devant la commission des Lois du Sénat, que le risque terroriste est « à la hausse depuis un peu plus d'un an ». La France, qui accueillera les Jeux olympiques en 2024, est une des premières cibles du terrorisme islamiste, qui a touché la Russie ce vendredi.

À LIRE AUSSI Attentat à Moscou : la communauté internationale condamne les attaques

La France dans le collimateur

« Il ne faut pas perdre de vue le retour d'une menace terroriste islamiste en lien avec des théâtres extérieurs, a fortiori dans un contexte géopolitique tendu et avec des organisations terroristes qui ciblent l'Occident et qui, à n'en pas douter, essayeront de saisir l'occasion des Jeux olympiques pour agir », affirmait, le 5 mars, Céline Berthon devant la commission des Lois du Sénat.

Ce jeudi 21 mars, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, affirmait sur X que 715 personnes, dont 10 fichées S, ont été écartées des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 « pour de potentiels risques ». L'entourage du ministre a ajouté que d'autres enquêtes restaient à m [...] Lire la suite