"Tenue correcte" à l'école: Blanquer dénonce les "pressions" subies par les élèves

·1 min de lecture
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, le 26 août 2020 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, le 26 août 2020 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP

En mini-jupe, décolleté ou nombril apparent, des collégiennes et lycéennes ont défié ce lundi la "tenue correcte" exigée par la plupart des règlements des établissements scolaires, une règle qu'elles jugent sexiste. Ce mouvement #lundi14septembre est né en réaction à des établissements qui ont refusé l'entrée à des jeunes filles en raison de leurs vêtements jugés provocants.

Interrogé ce lundi sur le sujet, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait prôné "une position d'équilibre et de bon sens".

"Il suffit de s'habiller normalement et tout ira bien", a-t-il balayé en marge d’un déplacement, renvoyant vers les règlements intérieurs des établissements.

"Question de bon sens"

Mais que signifie le terme "s’habiller normalement"? Le ministre a été interrogé sur sa définition ce mercredi matin sur le plateau de LCI. "C’est du bon sens. Il est normal d’aller à l’école ou au travail avec une tenue appropriée. Vous n’allez pas en tongs à l’école", a-t-il tranché avant de poursuivre:

"J’ai à me battre contre les élèves qui veulent venir voilées à l’école et ceux qui veulent venir avec des tenues provocantes…", a lancé Jean-Michel Blanquer.

Un parallèle que le ministre a ensuite tenté de justifier en affirmant que les jeunes subissent une "pression" sur leur style vestimentaire. "Ça peut être pour des raisons communautaristes comme pour des raisons de mode. Nous avons simplement besoin de sobriété et de protéger nos enfants de toutes les manières, c’est ce que font les règlements intérieurs", a-t-il argumenté.

Article original publié sur BFMTV.com