Publicité

Les tentatives de "chantage" de Vladimir Poutine n'ont fait qu'accélérer la transition verte de l'UE, selon Ursula von der Leyen

Avant que le dirigeant russe ne décide de lancer une invasion massive de l'Ukraine, l'Union européenne dépendait fortement de l'importation de combustibles fossiles russes, en particulier du gaz, qu'elle recevait à bas prix par le biais d'un vaste réseau de pipelines.

Mais la guerre a contraint les États membres à couper radicalement les combustibles russes de leur système énergétique par une combinaison de sanctions (pétrole et charbon) et d'initiatives nationales (gaz) visant à priver le Kremlin d'une importante source de revenus.

"Il y a deux ans (...) une unité d'énergie sur cinq consommée dans l'Union européenne provenait de combustibles fossiles russes. Aujourd'hui, c'est une sur vingt", a déclaré mardi Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, lors d'une visite à Paris pour célébrer le 50e anniversaire de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Dans l'ensemble, l'Union européenne produit plus d'énergie à partir de sources renouvelables que la Russie. Et l'année dernière, en 2023, pour la première fois, nous avons produit plus d'électricité à partir du vent et du soleil qu'à partir du gaz", a-t-elle poursuivi.

"La tentative de M. Poutine de faire chanter notre Union a donc totalement échoué. Au contraire, il a vraiment poussé la transition verte".

Mme Von der Leyen a noté que, malgré les efforts déployés à la suite de la crise énergétique de 2022, le rythme mondial de la transition était "encore trop lent" et a exhorté les gouvernements du monde entier à augmenter la capacité des énergies renouvelables, à mobiliser des investissements "massifs" et à travailler ensemble pour sécuriser les matières premières et promouvoir l'innovation.

"L'ancienne économie des combustibles fossiles repose sur des dépendances. La nouvelle économie de l'énergie propre est faite d'interdépendances", a-t-elle déclaré.

Le chemin à parcourir est encore long : selon les derniers chiffres fournis par la Commission, le taux de dépendance de l'UE vis-à-vis du gaz russe est passé de 45 % en 2021 à 15 % en 2023, ce qui signifie que la consommation a considérablement diminué, mais n'a pas totalement disparu.

Le fait que les Européens continuent d'acheter volontiers du gaz russe, que ce soit par le biais de gazoducs en Europe centrale ou de terminaux GNL en France, en Belgique et en Espagne, a provoqué des frictions persistantes entre les États membres, dont certains souhaitent que l'Union adopte une interdiction d'importation juridiquement contraignante, comme elle l'a fait pour exclure le pétrole et le charbon transportés par voie maritime par la Russie.

Lundi, le gouvernement autrichien a admis que le taux de dépendance du pays à l'égard du gaz russe était passé de 76 % en novembre à 98 % en décembre, soit le chiffre le plus élevé depuis le début de l'invasion. La ministre de l'énergie, Leonore Gewessler, a imputé cette situation à un contrat signé entre OMV, la principale société énergétique autrichienne, et Gazprom, le monopole d'État russe, qui court jusqu'en 2040.

"Le marché et les entreprises énergétiques qui en font partie n'assument pas leur responsabilité de réduire suffisamment la dépendance à l'égard du gaz russe", a déclaré Mme Gewessler, ajoutant que "la diversification de nos importations de gaz progresse beaucoup trop lentement".