Publicité

"Tentative de coup d'État": Bolsonaro va remettre son passeport à la police brésilienne

L'ex-président brésilien Jair Bolsonaro va remettre son passeport aux autorités après avoir été ciblé ce jeudi 8 février par une opération policière pour des soupçons de "tentative de coup d'État", qui a culminé avec les émeutes du 8 janvier 2023 à Brasilia, a indiqué un de ses avocats.

"En respect des décisions prises aujourd'hui", Jair Bolsonaro va "remettre son passeport aux autorités", a écrit sur X (ex-Twitter) Fabio Wajngarten, avocat et proche collaborateur de l'ancien chef de l'État (2019-2022).

33 perquisitions

La police fédérale a annoncé dans un communiqué avoir lancé une vaste opération, baptisée "Tempus Veritatis" avec 33 perquisitions et 4 mandats d'arrêt, dans le cadre d'une enquête sur "une organisation criminelle qui a pris part à une tentative de coup d'Etat (...) pour obtenir des avantages politiques avec le maintien du président de l'époque au pouvoir".

Le président en question est Jair Bolsonaro, battu en octobre 2022 dans sa tentative de réélection face à Luiz Inacio Lula da Silva.

Une semaine après l'investiture de Lula, le 8 janvier 2023, des milliers de bolsonaristes ont saccagé les lieux de pouvoir à Brasilia, lors d'émeutes similaires à l'invasion du Capitole deux ans plus tôt aux Etats-Unis.

"Milice numérique" et tentative de coup d'État

Les premières investigations de la police fédérale montrent que le groupe de personnes mis en cause "s'est divisé en noyaux pour diffuser la survenance d'une fraude aux élections présidentielles de 2022, avant même que l'élection n'ait lieu, afin de permettre et légitimer une intervention militaire, dans une dynamique de milice numérique".

Dans un second temps, l'action de ce groupe a consisté en des actes visant à subventionner l'abolition de l'État de droit démocratique par le biais d'un coup d'État, avec le soutien de militaires ayant des connaissances et des tactiques propres aux forces spéciales dans un environnement politiquement sensible", précise la police fédérale dans son communiqué.

Selon la presse brésilienne, quatre généraux ont été ciblés par l'opération de jeudi, comme Walter Braga Netto, ancien ministre de la Défense et candidat à la vice-présidence aux côtés de Jair Bolsonaro, et Augusto Heleno, ex-ministre du Cabinet de sécurité institutionnelle.

La semaine dernière, l'un des fils de Jair Bolsonaro avait été visé par une autre opération policière, dans le cadre d'une enquête pour espionnage illégal sous le gouvernement de l'ex-président d'extrême droite.

Article original publié sur BFMTV.com