Publicité

Les tensions entre les deux Corées font craindre une dangereuse escalade

S’inscrire à la newsletter Lettre de l’éduc

L’article de la semaine

Pourquoi cet article ?

Cette revue de presse fait le point sur les tensions en cours entre les deux Corées. En effet, depuis que la Corée du Sud a lancé, le 29 décembre, une semaine d’exercices militaires conjoints avec les États-Unis, les provocations de part et d’autre de la frontière font craindre à la population une dangereuse escalade.

La revue de presse, accompagnée d’une carte, éclaire la question de la frontière entre les deux Corées, qui est abordée en première dans le thème 3 : “Étudier les divisions politiques du monde : les frontières”.

S’il ne fallait retenir qu’une citation

“Kim Jong-un a affirmé, le 30 décembre dernier, que les deux Corées n’étaient pas deux États issus d’un même peuple mais deux États ennemis.”

Comme le montre cette citation du quotidien sud-coréen Hankyoreh, l’espoir d’un rapprochement entre les deux pays voisins semble encore s’éloigner depuis la fin de l’année 2023. Le 5 janvier, la Corée du Nord a procédé à des tirs d’obus en représailles aux manœuvres militaires menées par sa rivale du Sud avec son allié traditionnel, les États-Unis. Ces obus sont tombés en mer Jaune, à proximité d’îles faisant partie de la Corée du Sud mais qui se trouvent près des côtes de la Corée du Nord, comme l’indique la carte.

La Corée est divisée en deux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, entre la zone d’occupation américaine, au sud, qui devient en 1948 la république de Corée, et la zone d’occupation soviétique, au nord, qui prend le nom de République populaire démocratique de Corée. À partir de 1950, un conflit armé oppose les deux nouveaux États. En 1953, ceux-ci concluent un cessez-le-feu puis un armistice, fixant leur frontière commune sur le 38e parallèle.

Cette ligne de démarcation, entourée par une zone démilitarisée (demilitarized zone, DMZ), est aujourd’hui l’une des dernières frontières idéologiques héritées de la guerre froide, et reste l’une des plus surveillées. Depuis 1953, les relations entre les deux Corées – qui sont officiellement toujours en guerre, faute d’avoir signé un traité de paix – sont marquées par l’alternance de périodes de détente, comme en 2018, et de périodes de tensions, comme en ce début d’année.

[...] Lire la suite sur Courrier international