Tennis : du RSA au 3e tour de Roland-Garros, l’incroyable histoire de Léolia Jeanjean

© AFP

Léolia Jeanjean a créé l'exploit jeudi à à Roland-Garros : la Française, 227e joueuse mondiale, a éliminé la Tchèque Karolina Pliskova, 8e mondiale, 6-2, 6-2, et a décroché son billet pour le troisième tour du tournoi. Bénéficiaire d'une wild-card, la Française, ex-espoir du tennis tricolore, participe à 26 ans à son premier Grand Chelem. Elle a une histoire très particulière qui a été racontée notamment par L'Equipe  en amont du tournoi.

Considérée comme une future star à 12 ans, Léolia Jeanjean avait ensuite vu sa carrière brutalement stoppée par les blessures, notamment une triple luxation de la rotule. Elle est ensuite partie étudier aux Etats-Unis, ne reprenant le tennis de haut niveau que fin 2020, à 25 ans. Évoluant sur le circuit secondaire, elle a décroché son premier titre en avril à Calvi, après un beau début de saison (27 victoires pour neuf défaites).

Lire aussi - « On ne me voyait pas comme un coach normal » : la seconde vie de Toni Nadal, ex-entraîneur de Rafael

125 800 euros de prize money

Comme elle l'a raconté au quotidien sportif, la première année de son retour, elle a vécu avec le revenu de solidarité active (RSA). « Mon père m'a donné un peu de sous, pas beaucoup, de quoi démarrer, mais j'ai vécu ma première année avec le RSA. Heureusement que j'ai trouvé un moyen de me rembourser quasiment chaque semaine, en passant des tours, parce que sinon ça aurait été presque impossible de continuer. Et puis, à 25 ans, classée - 15, cette fois, personne ne voulait...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles