Publicité

Tennis: Clijsters accuse Mouratoglou de "manipulation" après la suspension d'Halep pour dopage

Un an et demi après, la suspension de Simona Halep pour dopage continue de faire parler. Suite à un contrôle positif au Roxadustat, qui figure sur la liste des substances interdites de l'Agence mondiale antidopage, la Roumaine de 32 ans est écartée des courts depuis octobre 2022.

L'ex-numéro 1 mondiale avait ingéré ce collagène via un complément alimentaire conseillé par son coach de l'époque, le Français Patrick Mouratoglou, dont elle s'est séparée après sa suspension. "Pour moi, le plus grand signal d’alarme est l’équipe. Je comprends qu’elle ait pris des compléments alimentaires… J’ai beaucoup de mal à accepter qu’il n’y ait pas de conséquences pour l’équipe, que ce soit juste l’athlète", a regretté à ce sujet Kim Clijsters, dans le podcast "Served" d’Andy Roddick.

"Je me sens vraiment mal pour Simona"

"Dans une situation comme celle-ci, pour les femmes en particulier, lorsque vous avez des entraîneurs qui prennent le contrôle de votre équipe… J’appelle cela de la manipulation, je ne trouve pas d’autre mot, pour prendre le contrôle de tout ce qui se passe autour d’une athlète", poursuit la Belge.

L'ancienne numéro 1 mondiale estime qu'un tel scénario pourrait aisément se reproduire à l'avenir, alors qu'Halep est désormais en appel devant le Tribunal arbitral du sport pour tenter de prouver sa non-responsabilité. "Cela peut arriver encore et encore, nous l’avons vu dans le passé, lorsque ces entraîneurs arrivent et prennent le contrôle de la vie d’une joueuse et veulent contrôler tout et tous ceux qui parlent à l’athlète. C’est vraiment un signal d’alarme et je me sens vraiment mal pour Simona, mais encore une fois, nous ne connaissons pas toute la vérité", tempère Clijsters.

Le Roxadustat est un médicament souvent utilisé par les personnes souffrant d'anémie, qui peut augmenter l'hémoglobine et la production de globules rouges, et renforcer l'endurance.

Article original publié sur RMC Sport