Temps de chien (Arte) Philippe Rebbot : "Que l’on m’offre un rôle de paumé ne m’étonne pas"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vous incarnez Jean, un capitaine de bateau-mouche, qui sombre dans la précarité…

Philippe Rebbot : Jean est un type qui ne parvient pas à s’adapter à la vie. Un jour, après un verre de trop, il est mis à pied. Et les problèmes commencent. Expulsé de son appartement, il se retrouve à la rue avec ses trois enfants en garde alternée. Jean, c’est un tendre et un poète dans une époque qui ne l’est pas.

On vous voit souvent dans des rôles de paumés. Ce genre vous séduit-il ?

On n’échappe pas à sa nature… Moi-même, je suis un peu un paumé. Que l’on m’offre ce type de rôle ne m’étonne pas. C’est une chance, même, car souvent, ces personnages sont plein d’humanité. Et c’est ce qui me plaît. Je suis une sorte de hippie, un "fils" de John Lennon, qui aime tout le monde !

À lire également

REPLAY - Peaky Blinders (Arte) : Que nous réserve la saison 5 ?

C’est la troisième fois que vous êtes dirigé par Édouard Deluc. Est-ce parce que vous êtes à l’aise avec son cinéma ou par amitié ?

Les deux. Lorsque j’ai rencontré Édouard, j’étais technicien. Il m’a proposé de faire un court-métrage et a fait de moi un acteur. Édouard, c’est mon ami, et je me reconnais dans son cinéma car on a un peu le même regard sur la vie, co... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles