Publicité

Tempête Nelson: des pluies torrentielles entraînent l'annulation de défilés du Vendredi saint à Séville

C'est la première fois depuis 2011 que les processions religieuses du Vendredi saint n'auront pas lieu à Séville. Elles sont annulées à cause des pluies torrentielles générées par la tempête Nelson qui frappe, comme la vallée du Rhône en France ce vendredi, le sud de l'Europe.

De quoi laisser de nombreux fidèles en larmes dans cette ville du sud de l'Espagne. Et de décevoir les dizaines de milliers de visiteurs du monde entier venus spécialement pour y assister. Des images diffusées à la télévision espagnole montraient des gens pleurant et s'embrassant après l'arrêt des cortèges à la dernière minute.

Connues sous le nom de "La Madruga", ou "L'Aube", les processions de minuit jusqu'à l'aube du Vendredi saint sont organisées par des confréries religieuses et constituent le point culminant de la semaine chrétienne de Pâques.

Le maire de Séville, José Luis Sanz, a déclaré que "La Madruga" de cette année ne serait qu'un "souvenir éphémère" à cause de la pluie.

"Il reste 385 jours pour le revivre dans nos rues pendant la Semaine sainte de Séville en 2025", a-t-il ajouté sur X.

La pluie a également forcé l'annulation d'autres défilés à Cadix (sud-ouest) et à Saragosse (nord). Par ailleurs, les cortèges avaient été suspendus en 2020 et 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.

Un risque pour un patrimoine vieux de plusieurs siècles

La Semaine sainte commence le dimanche des Rameaux, lorsque les chrétiens célèbrent l'entrée de Jésus à Jérusalem, suivie quelques jours plus tard de son procès, de sa crucifixion et de sa mort aux mains des Romains, et de sa résurrection le dimanche de Pâques.

En Espagne, la semaine est caractérisée par des dizaines de défilés remontant à l'époque médiévale, avec des chars surmontés de statues grandeur nature de Jésus et de la Vierge Marie. Ils sont accompagnés de centaines de pénitents, vêtus de robes et la tête couverte de capuchons pointus.

Les pluies torrentielles auraient fortement risqué de dégrader ce précieux patrimoine datant des XVIe et XVIIe siècles, d'après El Pais.

"L'eau endommage beaucoup les images car la plupart d'entre elles sont en bois sculpté et, bien qu'elles soient creusées pour empêcher l'humidité de pénétrer, il peut y avoir des fuites qui peuvent être très dommageables. Beaucoup d'entre elles ont plus de 400 ans", explique Andrés Luque, historien de l'art à l'université de Séville au quotidien espagnol.

L'agence météorologique espagnole (AEMET) avait émis des avertissements météorologiques pour 14 des 17 régions du pays en raison de fortes pluies, de vents de plus de 70 km/h et d'une mer agitée. Quatre personnes sont mortes ce jeudi 28 mars dans trois incidents survenus sur les côtes atlantiques et méditerranéennes de l'Espagne après une chute à la mer.

Cependant, ces tempêtes représentent une bonne nouvelle pour le pays où plusieurs régions, notamment l'Andalousie et la Catalogne (nord-ouest), souffrent d'une sécheresse prolongée. Ces deux régions, les plus peuplées d'Espagne, se préparaient à importer de l'eau douce par bateau si nécessaire.

Article original publié sur BFMTV.com