Publicité

La tempête Isha a semé le chaos dans les airs et a fait de ces vols un véritable enfer

La tempête Isha a semé le chaos dans les airs et a fait de ces vols un véritable enfer (Photo du parcours Flightradar24 du vol FR633 en partance de Copenhagen pour Dublin,  dérouté vers Manchester)
Capture X @Flightradar24 La tempête Isha a semé le chaos dans les airs et a fait de ces vols un véritable enfer (Photo du parcours Flightradar24 du vol FR633 en partance de Copenhagen pour Dublin, dérouté vers Manchester)

TEMPÊTE - Vous n’auriez vraiment pas aimé aller à Dublin dimanche. De nombreux vols à destination de la capitale irlandaise n’ont pas pu arriver à bon port à cause de la tempête Isha. Celle-ci a touché le Royaume-Uni et l’Irlande ce week-end, privant ainsi d’électricité des milliers d’habitations irlandaises, rapportent les médias belges RTL Info et RTBF ce lundi 22 janvier. Des rafales jusqu’à 140 km/h ont été relevées dans la Manche, rapporte également Météo France.

Selon RTL Info, l’aéroport de Dublin a communiqué que la tempête posait des « défis significatifs » à l’opération des vols. Entre dimanche 19h00 et ce lundi matin, les compagnies aériennes ont dû annuler 114 vols, 58 à l’arrivée et 56 au départ de la capitale irlandaise, et 36 vols ont été redirigés vers d’autres aéroports.

Des plans de vol qui donnent le tournis

Les applications de pistage des vols ont donné un aperçu très parlant de ce phénomène. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont partagé les parcours complètement chaotiques des avions. Quand les passagers eux-mêmes ne témoignaient pas directement de leurs calvaires.

« Ayez une pensée pour les passagers de ce vol Ryanair de Manchester à Dublin. Décollage à 17h30 > vol en cercle près de Dublin > dérouté vers Belfast > approche interrompue à l’aéroport international > retour maintenant vers Manchester après avoir passé 3h dans les airs. »

Comme pour l’exemple ci-dessus, certains vols ont dû revenir à l’aéroport de départ après avoir tenté en vain d’atterrir à Dublin. Des heures passées en vol, souvent à tourner en rond dans l’attente d’un créneau propice pour atterrir, pour finalement rebrousser chemin. Sans compter les turbulences liées aux vents forts. Parfois, les avions ont atterri dans un pays totalement différent.

« Des vacanciers écossais revenant de Tenerife sur un vol Ryanair viennent d’atterrir à l’aéroport de Cologne Bonn en Allemagne après avoir échoué à atterrir à Édimbourg pendant la tempête Isha »

« Vol Ryanair n°FR5911 de Lanzarote à Dublin dérouté vers… Bordeaux »

« Vol Ryanair FR633 de Copenhague à Dublin, dérouté vers Manchester. Après 4 heures au sol, l’avion redécolle pour tenter une nouvelle fois de rejoindre Dublin. 3 heures plus tard, il s’est dérouté vers Liverpool, à 50 km de Manchester. »

« Regardez cet avion de Ryanair faire un grand “non” à l’atterrissage à Dublin »

« J’ai vraiment l’impression d’avoir été kidnappé par EasyJet »

Depuis l’intérieur des appareils, des passagers ont partagé leur détresse. Comme dans le tweet ci-dessous où l’un d’entre eux entraperçoit la fin du calvaire alors que son avion s’apprête à atterrir, avant de finalement remettre les gaz et reprendre de l’altitude, à son grand désespoir.

« Visuels de la cabine de l’avion Airbus A320-271N de Lufthansa (D-AIJH) effectuant une remise des gaz au-dessus de la piste 28 de Dublin, alors qu’il effectuait le vol LH2518 de Munich (MUC) à Dublin (DUB). »

« J’ai vraiment l’impression d’avoir été kidnappé par EasyJet. Votre pauvre et adorable équipage n’a aucun soutien. Ils n’ont qu’à vous appeler pour vous demander ce qui se passe. S’il vous plaît, laissez-nous descendre de l’avion ! Nous avons très faim et sommes tristes », a écrit un internaute en s’adressant au compte X de la compagnie aérienne.

D’autres en revanche ont pu partager leur joie et leur soulagement à l’atterrissage.

« Avez-vous déjà ressenti cela dans un avion ? Applaudissements pour un atterrissage en toute sécurité. »

« Eh bien... c’est pour vous tous. Enfin voir Dublin après plus de 9 heures dans un avion censé être à 45 minutes de Manchester. »

À voir également sur Le HuffPost :

NFL : la neige n’a pas refroidi les fans des Buffalo Bills au match contre Pittsburg

Aux États-Unis, une ville se recouvre d’écume suite aux inondations