TEMOIGNAGE. “Notre fils a tué le prêtre qui a abusé de lui, de son père, et provoqué le suicide de son grand-père”

·1 min de lecture

Ce lundi 4 novembre, il est 11 heures du matin quand Alexandre est arrêté au volant d'une Renault Scénic qui zigzague sur une départementale à Beaumont-sur-Oise. Il conduit le véhicule d'un certain Roger Matassoli, un prêtre vivant à 35 km de là, dont il est incapable de dire s'il le connaît. Son récit est confus et son attitude agitée. Alerté, le père d'Alexandre saisit aussitôt le drame qui s'est noué. Il fonce au domicile du religieux et découvre l'horreur. Le prêtre gît sur le sol de son bureau. Il a été roué de coups et ses yeux ont été enfoncés dans leurs orbites. Il a un crucifix dans l'œsophage.

Alexandre, 19 ans, est l'auteur du meurtre, mais n'en a aucun souvenir. Dans un premier temps, il est interné en service psychiatrique. Comment un jeune homme, a priori sans histoire ni antécédent judiciaire, a-t-il pu basculer dans une telle folie meurtrière ? La réponse se trouve dans l'histoire familiale. Cadet d'une fratrie de quatre enfants, Alexandre était un garçon heureux et épanoui. "Mon Alex souriait tout le temps, il adorait faire des blagues. Il avait toujours quelque chose à raconter, c'était un puits de science. Et du jour au lendemain, il est devenu quelqu'un d'éteint, de triste, renfermé. J'avais mis cette attitude sur le compte de l'adolescence", regrette Sandrine, sa mère, qui a souhaité témoigner anonymement de peur que son fils soit reconnu et agressé en prison.

"Il lui faisait faire le ménage nu, se douchait avec lui"

En (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Rennes : à 29 ans, il essaye de sauver son ami et meurt noyé
Patrice Alègre : les confidences perturbantes de Marie, la compagne du tueur en série
Delphine Jubillar : ce qu'elle avait prévu de faire avec son mari après Noël
Delphine Jubillar : cette peur insoupçonnée qui met à mal la thèse du départ volontaire
Derrière le miroir de sa salle de bain, une femme découvre… un appartement !