Technologie. Les États-Unis accusent six agents russes de piratage informatique

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Les agents inculpés ont participé, selon le ministre de la Justice américain, à “la série d’attaques informatiques la plus perturbatrice et destructrice de l’histoire”. Une campagne de plusieurs années qui a notamment frappé la France lors de l’élection présidentielle de 2017. Les chances de voir ces agents un jour jugés sont toutefois presque inexistantes.

Ils sont accusés par le ministère de la Justice américain (DOJ) d’avoir mené “la série d’attaques informatiques la plus perturbatrice et destructrice de l’histoire”. Six agents russes ont été inculpés pour leur lien avec des cyberattaques ayant frappé ces cinq dernières années l’Ukraine, la Corée du Sud, les États-Unis et la France, rapporte CBS News lundi 19 octobre.

La diversité des pays ciblés reflète la détermination de Moscou “à atteindre ses objectifs géopolitiques et à déstabiliser ses rivaux”, peut-on lire dans le Wall Street Journal. Dans “l’un des cas les plus sévères”, souligne Business Insider, les pirates ont interrompu brièvement une partie du réseau électrique ukrainien. Plus de 200 000 personnes en ont été affectées au mois de décembre 2015.

Autres accusations sur la liste du ministère de la Justice : le piratage des e-mails du parti En Marche ! d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017 en recourant au spearfishing (envoi d’e-mails personnalisés), l’attaque du réseau informatique de l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2018 ou encore le défacement de 15 000 sites Internet en Géorgie à l’automne 2019. Sans oublier l’attaque NotPetya en juin 2017, qui aurait causé 1 milliard de dollars de dommages aux États-Unis en infectant notamment les ordinateurs d’une compagnie d’assurances de santé et d’une filiale de FedEx.

“Aucun pays n’a militarisé ses cybercapacités avec autant de malveillance et d’irresponsabilité que la Russie”,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :