Publicité

Comment Taylor Swift s’immisce dans la campagne présidentielle américaine 2024 entre Biden et Trump

ÉTATS-UNIS - Joe Biden la veut dans son équipe, Donald Trump se dit plus populaire qu’elle : Taylor Swift est partout, même dans la course à la Maison Blanche. Ce n’est ni un effet de mode, ni une blague des Swifties, la chanteuse pourrait bien changer la donne dans l’élection du futur président des États-Unis, le 5 novembre prochain.

Taylor Swift désignée personnalité de l’année du « Time », une première pour une artiste

Son influence sur le monde culturel, économique et politique est indéniable. Le Time Magazine l’a d’ailleurs désignée « Personnalité de l’année 2023 », comme presque tous les présidents américains avant elle. Son soutien à un candidat pourrait suffire à faire pencher la balance en sa faveur, d’après un sondage de Redfield & Wilton Strategies, publié le 28 janvier dans Newsweek.

18% des participants ont répondu qu’ils seraient plus susceptibles ou considérablement plus susceptibles de voter pour un candidat soutenu par Taylor Swift à l’élection présidentielle en novembre. À l’inverse, 17 % des répondants seraient moins susceptibles de voter pour le candidat épaulé par la chanteuse.

Taylor Swift : icône des Millenials et de la Gen Z

Et si Joe Biden affronte de nouveau Donald Trump, l’électorat ne sera pas le même qu’il y a quatre ans. 41 millions d’Américains en âge de voter feront partie de la Génération Z (ils auront entre 18 et 27 ans en 2024), dont 8 millions de primo votants.

Statistiquement, ces potentiels nouveaux électeurs sont plus politisés que leurs aînés, plus divers, et ils adorent Taylor Swift. La chanteuse est aussi très populaire auprès d’une autre catégorie majeure de l’électorat américain : les jeunes Millenials, qui auront entre 27 et 34 ans cette année et représentent la plus grosse partie de sa fan base.

La pop star a donc, malgré elle, une lourde responsabilité. Pendant des années, elle ne s’est pas prononcée sur la politique, sur les conseils de ses managers, qui craignaient qu’elle ne perde une partie de ses fans.

Des prises de position rares mais efficaces

Mais depuis la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton en 2016, Taylor Swift est sortie de son silence. Elle a regretté ne pas avoir apporté son soutien à la candidate démocrate lors de l’élection présidentielle, comme elle l’a expliqué dans le documentaire Miss Americana sur Netflix. Lors des élections sénatoriales de 2018, elle a appelé ses fans à voter pour les Démocrates dans le Tennessee.

« Par le passé, j’étais réticente à exprimer publiquement mes opinions politiques, mais plusieurs événements survenus dans ma vie et dans le monde au cours des deux dernières années m’ont fait changer d’avis à ce sujet », avait-elle écrit dans un long post Instagram. 65 000 Américans âgés de 18 à 29 ans s’étaient alors inscrits en ligne sur les listes électorales, dans les 24 heures qui ont suivi sa publication.

En 2020, Taylor Swift a soutenu Joe Biden et Kamala Harris, quelques semaines avant l’élection présidentielle. Elle s’en est aussi publiquement pris à Donald Trump, l’accusant sur Twitter d’avoir « attisé le feu de la suprématie blanche et du racisme ».

« L’arme secrète » de Joe Biden

Il y a donc fort à parier qu’une fois la campagne présidentielle lancée, elle soutiendra de nouveau Joe Biden en 2024. L’équipe du président sortant fait en tout cas tout pour être associée à la chanteuse. Les responsables de sa campagne électorales réfléchissent même à envoyer Joe Biden assister à un concert du Eras Tour, comme l’a rapporté le New York Times.

Plusieurs médias américains écrivent que Taylor Swift serait « l’arme secrète » du candidat démocrate pour récupérer le vote des jeunes, auprès de qui sa cote de popularité n’est pas bonne.

Le couple formé par Taylor Swift et Travis Kelce, le quaterback des Kansas Chiefs, rend fou les Républicains.
PATRICK SMITH / Getty Images via AFP Le couple formé par Taylor Swift et Travis Kelce, le quaterback des Kansas Chiefs, rend fou les Républicains.

Dans le camp adverse, les partisans de Donald Trump ont déclaré la guerre à Taylor Swift. L’ancien président affirmerait en privé être « plus populaire » que la chanteuse, comme l’a rapporté une source à Rolling Stone. Et une théorie du complot partagée par des Républicains accuse Taylor Swift de former un faux couple avec le footballeur Travis Kelce et de truquer le Super Bowl pour influencer les électeurs, sur ordre des démocrates.

De son côté, la pop star n’a pas réagi à ces rumeurs. Mais elle a déjà incité ses 280 millions d’abonnés Instagram à s’inscrire sur les listes électorales en septembre dernier. Le site d’inscription a enregistré une augmentation de 1,226 %, une heure après une simple story de sa part. C’est ce qu’on appelle l’effet Taylor Swift.

À voir également sur Le HuffPost : 

Adele revient en Europe avec une série de concerts géants en plein air à Munich cet été

Les résultats sur « Taylor Swift » temporairement inaccessibles sur X, à cause de vidéos problématiques