Publicité

Tarn : un élève de CM2 renvoyé de son école privée après une agression sexuelle sur un camarade de classe

Le grave incident se serait produit à l'occasion d'une classe de neige dans les Pyrénées, en janvier dernier. Une enquête de police a été ouverte.

Un élève de CM2 agressé sexuellement par un autre écolier. (Photo : PHILIPPE LOPEZ/AFP via Getty Images)

Informée de la situation, la direction de l'établissement a pris la décision qui s'imposait. Un élève de CM2 de l'école privée de la Salle Saint-Pierre, à Castres (Tarn), a été exclu définitivement de l'établissement, en raison de soupçons d'agression sexuelle sur un garçon du même âge.

Comme l'explique Ouest France, qui s'appuie sur un article de La Dépêche, les faits présumés se sont produits à l'occasion d'un voyage scolaire, une classe de neige organisée en janvier dans les Pyrénées. D'après les informations du quotidien occitan, l'agression sexuelle aurait été perpétrée "à l'aide d'une brosse à dents".

Un autre élève exclu à titre temporaire

Logiquement traumatisée, la victime a informé ses parents des abus qu'il avait subi à son retour à Castres. Ces derniers ont ensuite prévenu l'école privée, qui a remonté l'affaire au rectorat. Dénonçant "des comportements inacceptables", la direction de l'établissement a annoncé l'exclusion définitive de l'auteur présumé des faits, ainsi que l'exclusion temporaire d'un autre élève, qui aurait assisté à la scène.

Si les parents de la victime n'ont pour l'heure pas porté plainte, une enquête de police a été ouverte par décision du parquet de Castres, saisi par le rectorat. Les deux enfants exclus devraient ainsi être prochainement entendus par les forces de l'ordre. Comme le rappelle Ouest France, aucune sanction pénale ne pourra être prononcée contre ces deux mineurs âgés de moins de 13 ans, mais ils pourraient faire l'objet de mesures éducatives au terme de la procédure judiciaire.

VIDÉO - École privée Stanislas : "Des actions ont été mises en place" après l'envoi du rapport sur l'établissement, assure Prisca Thévenot