Les talibans demandent aux Occidentaux de ne plus évacuer d'Afghans

·1 min de lecture
Photo fournie par l'armée américaine de soldats américains déployés à l'aéroport de Kaboul face à des Afghans cherchant à fuir le pays, le 20 août 2021 - Nicholas GUEVARA © 2019 AFP
Photo fournie par l'armée américaine de soldats américains déployés à l'aéroport de Kaboul face à des Afghans cherchant à fuir le pays, le 20 août 2021 - Nicholas GUEVARA © 2019 AFP

Les talibans font volte-face. Les Occidentaux ne doivent évacuer d'Afghanistan que des étrangers, et non les Afghans les plus qualifiés, a prévenu mardi le nouveau régime taliban, refusant à nouveau toute extension du délai consacré à ces opérations, fixé au 31 août.

Des "experts afghans", tels que des ingénieurs, sont exfiltrés du pays par les Américains et leurs alliés, et "nous leur demandons d'arrêter cela. Ce pays a besoin de son expertise", a déclaré leur porte-parole Zabihullah Mujahid lors d'une conférence de presse à Kaboul, rappelant son opposition "ferme" à la poursuite des évacuations après le 31 août.

L'aéroport toujours pris d'assaut

Alors que près de 60.000 étrangers et Afghans ont déjà fui le pays par avion depuis la prise de pouvoir éclair des talibans il y a neuf jours, le chaos persistait autour de l'aéroport de Kaboul. Des milliers d'Afghans y sont massés depuis des jours, certains avec leur famille entière, dans l'espoir de pouvoir entrer et monter dans un des avions affrétés par les Occidentaux qui se succèdent sur le tarmac.

Un sommet virtuel du G7 devait dans l'après-midi faire le point sur ces évacuations. Plusieurs dirigeants du G7, y compris le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays préside actuellement le groupement, pourraient y plaider auprès du président américain Joe Biden pour qu'il maintienne ses troupes au-delà de la date limite du 31 août, pour achever ces évacuations.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles