Publicité

TÉMOIGNAGE. « Je vis sur une île perdue au milieu de l’océan et c’est le paradis »

Vivre sur une île isolée du Pacifique Sud ? C’est le choix étonnant qu’a fait une jeune femme de 21 ans, Torika Christian. Son point de chute ? Pitcairn, cinquante habitants. Un lieu qu’elle qualifie de « paradis » et qu’elle ne quitterait pour rien au monde.

Se confiant au NY Post, Torika vantait les mérites de son île. Un endroit accueillant, bienveillant, qu’elle vante régulièrement auprès de ses 1 300 abonnés TikTok. L’occasion de leur donner un aperçu de sa vie insulaire extraordinaire.

Une île perdue dans l’océan

« Après avoir passé du temps loin, je sais que je ne voudrais vivre nulle part ailleurs » affirmait-elle. Avec ses 3 km de long et 1 km de large, Pitcairn ne dispose pas de piste d’atterrissage. Seul moyen de s’y rendre : un service bateau très limité. « Nous avons un navire de ravitaillement faisant la navette entre l’île et les îles Gambier chaque semaine » expliquait Torika. Ce bateau arrivant le jeudi et repartant le dimanche, sert aux touristes comme aux locaux. Cependant, pour les touristes, la traversée coûte plus de 3 100 euros. Et gare à ne pas rater celui du dimanche ! « L’attente peut aller jusqu’à cinq semaines car le même navire se rend en Nouvelle-Zélande tous les trois mois environ pour apporter du courrier, des vivres, des fournitures médicales et des marchandises générales » indiquait-elle.

Aimer l’isolement

Descendante à la huitième génération du marin anglais Fletcher Christian (...)

Lire la suite sur Closer

Astrologie 2024 : ce signe qui aura de la chance sur le plan de la santé ce 5 avril
Mort d’Emile : sang, salive, fluides sexuels… l’analyse des ossements pourrait dévoiler des "choses surprenantes"
Quelle huile fait pousser les cheveux ?
Mort d’Emile : cette méthode d’analyse primordiale qui tombe à l’eau à cause d’un geste inconsidéré
L’hôpital confond les patientes, un quiproquo aux conséquences traumatisantes