Publicité

TÉMOIGNAGE. "Je ne sais pas qui sont les pères de mes deux filles, et c’est aussi bien comme ça"

Lucinda Hart a réalisé le rêve qui a bercé son enfance : celui de devenir maman. Âgée de 48 ans, elle est l'heureuse mère de deux enfants : Rafi, 10 ans et Aelfrida, 7 ans. Écrivaine qui vit à Mullion, en Cornouailles, elle a toujours voulu faire perdurer son héritage. Et pour cela, elle a décidé de devenir maman solo. Comme de nombreuses femmes en effet, Lucinda Hart a eu recours à deux fécondations in vitro. "'Tu es si courageuse de le faire toute seule', me disent les gens lorsqu'ils découvrent que je suis une mère célibataire par choix", a écrit l'heureuse maman dans The Sun. Mais elle n'est pas d'accord. Selon elle, c'est plutôt "courageux d'avoir des enfants avec quelqu'un d'autre". Pour Lucinda Hart "le moyen le plus simple" de devenir maman a été de faire une FIV. "Pas une seule fois je n’ai regretté d’avoir eu mes filles avec un donneur de sperme danois, a-t-elle assuré. Je savais depuis mon plus jeune âge que je ne m'installais pas matériellement, mais je voulais des enfants. Heureusement, ce n'est plus un problème. Les femmes célibataires n'ont pas à prendre de risque lors d'une aventure d'un soir. Il existe une autre façon." En couple lorsqu'elle a décidé de devenir maman, elle s'est rendue dans une clinique spécialisée de Copenhague. Ce qu'elle voulait éviter par dessus tout ? Que ses enfants grandissent avec des parents séparés. "J'ai commencé ma FIV en 2012 à l'âge de 36 ans. J'étais à l'époque en couple avec un homme (...)

Lire la suite sur Closer

Charles III atteint d’un cancer : sa femme, Camilla Parker Bowles, sort du silence et donne de ses nouvelles
Charles III atteint d’un cancer : ces photos que Meghan Markle aurait préféré garder secrètes
Judith Godrèche : “Pas de limites”, les ignobles conséquences de sa relation avec Benoît Jacquot
Charles III atteint d’un cancer : Harry lâche malgré lui un indice de taille sur la santé de son père
“J’allais rejoindre Samuel Benchetrit…” : comme Judith Godrèche, Anna Mouglalis accuse Jacques Doillon