Publicité

TÉMOIGNAGE. "J’étais heureuse de devenir maman mais cela a ruiné ma relation de couple"

C'est bien connu : accueillir un enfant est un bouleversement pour les parents. Et Joanne ne pourra pas dire le contraire. Lorsqu'elle est devenue maman d'un petit Marley, elle ne s'est pas rendue compte tout de suite que sa relation battait de l'aile. Alors qu'ils étaient en couple depuis cinq ans, l'arrivée du bébé a sonné la fin de l'idylle de ces deux Britanniques. "La maternité ne s'est pas déroulée comme je m'y attendais", résume cette mère de famille de 37 ans. Comme beaucoup de jeune mamans, Joanne a souffert d'une dépression post-partum. Et son compagnon, Peter, n'a pas été présent pour elle. "Pendant la première semaine de Marley, je me suis sentie comme un parent célibataire. Je faisais tout : nourrir le bébé toute la journée et toute la nuit, faire toutes les tâches ménagères et ensuite préparer les repas", s'est-elle souvenue. À cause de l'accouchement, des hormones et de sa dépression, Joanne a perdu toute libido. "Ça a été dur, analyse-t-elle. Mais avec le temps, les nuages se sont dissipés. Et je me sentais beaucoup mieux." Quelques mois après la naissance de Marley, les deux amoureux ont recommencé à avoir une vie intime régulière. Mais leur histoire était pourtant déjà terminée... "Je soupçonnais, dans mon cœur, que Peter voyait d'autres femmes. C’était une intuition et j’avais trouvé une mystérieuse barrette à cheveux chez nous, confie Joanne. Il cherchait probablement la validation de quelqu'un d'autre. Puis, (...)

Lire la suite sur Closer

Alain Delon : "qu’il foute la paix…", ce petit mensonge de l’avocat de l’acteur pourrait remettre de l’huile sur le feu
Quel est le meilleur régime pour le signe du Cancer ?
"Chaque jour, je trouve une…" : ce signe très symbolique de Jean-Pierre Pernaut à Nathalie Marquay dans leur nouvelle maison
Charles III “volcanique” : ces accès de colère qui file une peur bleue aux collaborateurs du Roi
"Si c’est toi, arrête-ça !" : cette taquinerie posthume surréaliste de Jean-Pierre Pernaut à une amie intime