Publicité

Ce que le télescope James Webb nous apprend sur les supers trous noirs

Le télescope spatial James Webb (JWST) vient encore de permettre une nouvelle découverte ! Une équipe d'astronomes, menée par l'astrophysicien Jorryt Matthee, de l'Institut autrichien des sciences et technologies, a récemment observé des "bébés quasars", les précurseurs des trous noirs supermassifs qui gravitent au centre de galaxies comme notre Voie lactée et qui apparaissent sous forme de points rouge lumineux.

Cette découverte est importante car, depuis longtemps, les scientifiques ne savent pas exactement comment certains de ces quasars atteignent une taille gigantesque. Nous savons qu'il existe des trous noirs supermassifs, mais nous ne savons toujours pas comment, précisément, ces quasars atteignent une masse aussi impressionnante.

"L'un des problèmes des quasars est que certains d'entre eux semblent être trop massifs, trop massifs compte tenu de l'âge de l'univers auquel les quasars sont observés", estime Jorryt Matthee, auteur principal de l'étude, qui les appelle "quasars problématiques". "Si l'on considère que les quasars proviennent de l'explosion d'étoiles massives et que l'on connaît leur taux de croissance maximal grâce aux lois générales de la physique, certains d'entre eux semblent avoir grandi plus vite qu'il n'est possible", souligne le scientifique qui considère que ces quasars plus petits pourraient être la pièce manquante de la chronologie des quasars problématiques.

Si les "quasars problématiques" sont bleus, extrêmement brillants et atteignent des milliards (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

100 jours sous l'eau : qu'est-il arrivé au détenteur de ce record mondial ?
Très étrange : les lombrics de Tchernobyl ne sont pas radioactifs
2 millions : est-ce vraiment le nombre de globules rouges que produit l'organisme par jour ?
Combien d’odeurs différentes le nez peut-il enregistrer ?
Quelle est la quantité d’énergie produite par le cœur ?