Le système pourri de Ryan Gattis

·1 min de lecture

Lucrecia "Scrappy" Lucero est une dealeuse du South Central Los Angeles. Ce soir-là, elle est chez sa mère quand un de ses clients aventureux vient frapper à la porte pour qu'elle lui vendre du matos. Augustine Clark, alias Augie, un putain de junkie de blanc, un vétéran de la Navy à la colle avec Irma, un squelette ambulant bouffée par l'héro. Alors qu'il s'éloigne avec son précieux paquet et après s'être fait pourrir par "Scrappy" pour s'être pointé en territoire off limits, surviennent deux lascars d'un gang rival. Et boum, la chica se prend trois balles dans le buffet. Dans un brouillard de manque et de défonce, Augie se souvient de quelques gestes qui peuvent sauver un individu, il la garotte et la demoiselle est évacuée à l'hôpital. Elle survivra. Elle ne parlera pas.

Du grand art psy à la sauce Bloods and Crips

Deux hommes pour un tireur. Omar Armando Tavira, alias "Wizard", et Jacob Safulu, alias "Dreamer", le Samoan. Wizard comme le magicien d'Oz et Dreamer comme le rêveur. Les surnoms des membres de gang ne sont jamais choisis au hasard. Ce sont des lames fines et aiguisées destinées à caractériser avec une poésie noire, urbaine et violente n'importe qui dans le "Hood". Un regard, un mot, et ces gars ont le chic et l'intelligence de résumer la personnalité de l'un des leurs, alors que n'importe quel psy de base mettrait dix ans à avancer le moindre qualificatif envers son patient. Du grand art psy à la sauce Bloods and Crips. Omar a tiré, Jacob n'était même pas là....


Lire la suite sur LeJDD